3 milliards d’années d’histoire dans sa cour arrière

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
3 milliards d’années d’histoire dans sa cour arrière
La découverte d’Alain Girard pèse plus de 100 livres. Constatant sa texture particulière, il a aussitôt fait des recherches pour savoir de quoi il s’agissait. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Un homme d’Alma a fait une découverte pour le moins surprenante dans sa cour arrière, aux abords de la rivière Petite-Décharge. Alain Girard profitait du bas niveau de l’eau pour effectuer des travaux d’entretien de terrain lorsqu’il a trouvé une roche pas comme les autres : un stromatolite.

« À Alma, durant deux jours chaque année sur la Petite-Décharge, le niveau de l’eau baisse d’environ deux pieds en raison de l’installation d’estacades en amont de la centrale de Shipshaw. J’ai profité de l’occasion pour explorer », explique celui qui travaille dans les barrages de Rio Tinto.

Ces roches, qu’on retrouve surtout en Australie, sont aussi présentes dans la région. Selon une étude réalisée en 1994, on en retrouve à l’embouchure de la rivière Saguenay, à Tadoussac. Plusieurs ont aussi été retrouvées sur la flèche littorale de Saint-Fulgence.

Les stromatolites, qu’on reconnait à leurs motifs particuliers, sont en fait des fossiles des toutes premières formes de vie issues de l’ère de l’archéen, située entre 4 à 2,5 milliards d’années, soit bien avant l’apparition des plantes et des premiers êtres vertébrés.

Elles ont été trainées à partir des lacs Mistassini et Albanel sur une distance allant jusqu’à 500 km lors de l’écoulement de la dernière fonte des glaciers il y a environ 15 000 ans. Le fait qu’on en retrouve tout le long du Saguenay n’est donc pas totalement surprenant.

Pas rares, mais peu fréquentes

La texture en forme de chou-fleur des stromatolites est en fait le site de croissance d’un ancien tapis microbien. (Photo Trium Médias – Julien B. Gauthier)

Selon le géologue et professeur en géologie à l’UQAC, Julien Walter, leur présence n’est pas rare, mais le fait d’en retrouver ainsi est quelque chose de peu fréquent.

« Ce n’est évidemment pas courant, mais ce n’est pas rare non plus. Le bassin de Mistassini en est la source. Les glaciers sont responsables de leur déplacement. Généralement, elles peuvent avoir 3 milliards d’années », explique Julien Walter.

À titre comparatif, les dinosaures sont apparus il y a environ 240 millions d’années et se sont éteins il y a 66 millions d’années. Ça date!

« Ce sont des fossiles de formes de vie productrice d’oxygène les plus anciennes sur Terre. Ce sont les ancêtres des cyanobactéries. Il en existe encore dans les eaux peu profondes de l’Australie », ajoute le professeur.

Celles-ci se forment lorsque des micro-organismes deviennent coincés dans des couches de sédiments.

Ayant ces informations en main, que fera donc Alain Girard de son vestige du temps passé?

« Je vais probablement la mettre en valeur ou l’exposer dans ma cour! », a conclu le géologue circonstanciel.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des