Accident mortel de motoneige à Alma: toutes les pistes sont évaluées

Accident mortel de motoneige à Alma: toutes les pistes sont évaluées

On note sur la rivière une présence élevée de motoneiges

ENQUÊTE Ce lundi, on porte en terre le corps de Steven Doucet, décédé accidentellement dans la nuit du 1er janvier sur la rivière Petite-Décharge à Alma, des suites d’un violent face à face entre deux motoneiges. Au même moment, les policiers poursuivent leur enquête afin de déterminer les circonstances de cet accident mortel qui a également fait un blessé grave.

Du côté de la Sûreté du Québec, le secteur du village de pêche du quartier St-Georges fera dorénavant partie des secteurs sous haute surveillance. Les fins de semaine, plusieurs personnes se rassemblent dans le secteur et des débordements de consommation de boisson alcooliques et même de drogues sont régulièrement constatés.

On note sur la rivière une présence élevée de motoneiges, de véhicules VTT et de véhicules automobiles qui circulent en tous sens et à haute vitesse, malgré la présence de multiples panneaux limitant à 15 km/h la vitesse.

Pourtant, les personnes qui circulent en véhicules moteurs dans ce secteur, sur la glace, sont soumises aux mêmes règles que la conduite sur une route.

Suite à cet accident mortel, en plus du décès de Steven Doucet, un des autres jeunes hommes impliqués dans cet accident repose toujours à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus à Québec où il a été transféré en raison de la gravité de ses blessures. Les enquêteurs attendent qu’il soit en meilleure condition pour se rendre à son chevet afin de l’interroger sur les circonstances de cet accident.

Rappelons que les deux véhicules circulaient à haute vitesse sur la rivière gelée et pour une raison encore inexpliquée, les deux motoneiges se sont heurtées de plein fouet, prenant feu sous le l’impact.

Un premier constat de la part des premiers policiers arrivés sur place, c’est que personne ne portait de casque de sécurité.

De multiples prélèvements sanguins ont été effectués sur les personnes impliquées, soit Steven Doucet, l’autre jeune homme blessé de même que les deux autres passagers qui prenaient places sur les deux motoneiges.

Le taux d’alcoolémie de même que la présence de drogues seront surveillées attentivement lors de ces analyses de sang.

Courses folles

Le « Village de St-Georges », communément appelé, se forme dès que la glace est suffisamment solide à la surface de la rivière.

Une cinquantaine de cabanes prennent place et l’endroit est un lieu de rassemblement où jeunes et moins jeunes aiment bien « fêter », comme c’était le cas dans la nuit du premier de l’An.

Le grand espace libre est souvent utilisé par les amateurs de vitesse pour vérifier la puissance de leur bolide.

Un témoin de l’accident mortel arrivé sur les lieux dans les secondes après le drame a même laissé entendre que certains jeunes pouvaient même s’adonner à un sport dangereux, soit celui où deux véhicules foncent l’un envers l’autre pour se croiser à haute vitesse en passant le plus près possible.

Une pareille tentative pourrait expliquer pourquoi les deux motoneiges se sont retrouvées face à face, à haute vitesse, pour ensuite se percuter l’une contre l’autre, avec les dégâts matériels et humains que l’on connaît maintenant.

C’est la suite de l’enquête et l’interrogatoire des différents témoins de ce drame qui permettra peut–être de faire la lumière.

En attendant, les policiers feront davantage sentir leur présence dans le secteur, histoire de calmer les esprits.

Partager cet article