Affichage commercial : Sylvie Beaumont ouverte à une réflexion

Photo de Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Par Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Affichage commercial : Sylvie Beaumont ouverte à une réflexion
La couleur des enseignes doit s’harmoniser à l’architecture du bâtiment, selon le règlement municipal sur l’affichage. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

La mairesse d’Alma, Sylvie Beaumont, se dit ouverte à revoir la politique d’affichage. Elle admet du même coup que l’urbanisme municipal est un domaine plutôt complexe.

La première magistrate dit être au fait des préoccupations de certains commerçants, mais que la règlementation se doit d’être appliquée, tant qu’elle est en vigueur.

« J’ai déjà entamé une réflexion sur le sujet, car plusieurs commerçants nous ont questionnés dans le passé. La règlementation a été revue en 2012. Ça date quand même d’il y a dix ans. L’idée était d’harmoniser la qualité de l’affichage, l’aménagement des terrains et l’architecture. On va être rendus à la revoir », explique-t-elle.

Flexibilité

De son côté, le propriétaire du Dooly’s, Jeffrey Chenard, estime que la Ville fait déjà preuve de flexibilité en ce qui a trait à la politique d’affichage. S’il a déjà lui-même reçu des avertissements, il ne croit pas qu’Alma soit complètement fermée à toute discussion.

« J’ai moi-même dû enlever des drapeaux publicitaires peu de temps après les avoir mis. Au bout du compte, tu as beau en avoir 200, ce n’est pas ça qui va augmenter tes revenus. Au besoin, je m’assois avec la Ville, on prend le temps de bien s’expliquer cordialement. On finit par arriver à des compromis. La Ville est parlable », fait-il valoir.

Ce que dit la règlementation

Actuellement, le chapitre 15 du règlement de zonage 199-2012 stipule que la « largeur des enseignes sur bâtiment ne doit pas excéder 50 % de la largeur des murs sur lesquels elles sont apposées. »

Dans le secteur de l’avenue du Pont, une superficie de 0,60 m² d’enseigne par mètre linéaire est permise. Dans le reste de la ville, c’est 0,45 m².

Quant à la couleur, le règlement stipule que celle des poteaux d’une enseigne, du matériau du socle, le fond et les côtés de l’enseigne doivent s’harmoniser à la couleur du bâtiment.

« Toute enseigne commerciale doit être conçue comme une composante à part entière de l’architecture d’un bâtiment et s’y harmoniser par la forme, les matériaux, les couleurs et le mode d’éclairage », est-il inscrit dans le règlement.

Partager cet article