Alexandre Cloutier éprouve une double fierté

Alexandre Cloutier éprouve une double fierté
Alexandre Cloutier.

RÉALISATIONS. Alexandre Cloutier éprouve une double fierté à la fin de cette année 2014: il a réussi à maintenir une présence assidue dans le comté pour régler les différents dossiers déposés à son bureau tout en menant de front une course à la chefferie de son parti où il impose le rythme en amenant des idées nouvelles. Il est même un peu surpris mais très fier de la 2e position qu’il occupe dans cette course, juste derrière Pierre-Karl Péladeau, mais devant des adversaires qui étaient beaucoup plus pressentis que lui-même.

En entrevue de fin d’année avec le Journal Le Lac-St-Jean, Alexandre Cloutier, les traits un peu tirés par la fatigue accumulée ces dernières semaines avec son double horaire — comté/campagne — envisageait deux belles semaines de repos en famille.

« On travaille tellement fort pour réussir à avoir un rythme régulier et des idées et c’est comme ça que l’on va mener la campagne aussi… C’est plus sur le plan familial que c’est difficile à organiser », souligne le député de Lac-St-Jean.

Il tient cependant à rassurer les électeurs: « J’ai été dans le comté tous les lundis et il n’y a absolument rien de changé à l’agenda. J’ai fait toutes mes rencontres de bureau et il n’y a aucune liste d’attente. Les dossiers, on les travaille différemment et j’ai plus de poids politique que j’en avais lors de mon arrivée en 2007… J’ai l’expérience et je sais à qui parler et je sais comment ça marche. Il y a près de 10 000 personnes qui me suivent sur Twitter et quand j’écris, ça marche et ça crée une pression », avoue-t-il.

Dossiers locaux

Alexandre Cloutier est particulièrement fier de son bilan de comté.

Notamment, le dernier dossier en lice est la coupure de la subvention de quelque 30 000 $ au Centre d’aide aux autochtones du Collège d’Alma.

« J’ai fait de l’éducation une de mes priorités. Mais, de venir couper l’accompagnement des jeunes autochtones qui sont inscrits au Collège d’Alma, ça m’apparaissait d’une contradiction hallucinante… J’ai écrit sur Twitter que personnellement, j’allais m’assurer que le gouvernement allait reculer et j’ai écrit directement à Yves Bolduc. En gros, ils ont vu qu’ils s’en allaient encore une fois dans une crise nationale et ils ont reculé », souligne avec fierté Alexandre Cloutier.

Revenant sur le dossier du gymnase de St-Gédéon, le député se réjouit de voir la décision de la commission scolaire d’aller de l’avant dans ce dossier où une aide de 1,1 million $ viendra de Québec.

« Mon inquiétude a été à un moment donné que le projet ne se réalise jamais. Et ça, j’ai été clair, autant avec le maire de St-Gédéon que la commission scolaire que s’il y avait un dossier sur lequel je ne laisserais pas passer, c’était certainement celui-là. On ne l’a pas fait bêtement et politiquement pour faire plaisir à un maire, on l’a fait parce que l’on a un gymnase qui date des années 70… On l’a fait pour les jeunes », souligne-t-il.

Il en va de même pour le nouveau gymnase à l’école Jean-Gauthier qui est en cours de réalisation présentement ou encore la phase III du Centre Mario-Tremblay où Québec injectera 4,3 millions $.

Concernant le programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean par Rio Tinto Alcan, Alexandre Cloutier maintien le cap.

« Il faut bien distinguer ce que la compagnie fait et ce que le gouvernement fait. Le BAPE, j’y tiens à la vie, à la mort. La consultation de la compagnie n’est pas suffisante et le gouvernement doit prendre ses responsabilités et faire une vraie consultation encadrée par le BAPE. J’ai un engagement du premier ministre là-dessus », précise avec fierté Alexandre Cloutier.

Le député participe également au comité sociopolitique de Résolu.

« On est très vigilant par rapport à la situation à l’usine d’Alma. J’ai parlé avec le président du syndicat pour lui offrir mon soutien et ma collaboration et ma volonté à participer à chacune des rencontres pour nous assurer que les trois machines que l’on a sur notre territoire continuent et que l’on soit aussi capables de se projeter dans l’avenir », de souligner le député

L’aboutissement du lieu d’enfouissement technique à Hébertville-Station, la survie du Carrefour jeunesse emploi, l’accaparement des terres agricoles, la fabrique d’Hébertville, l’hôtel de Ville d’Hébertville-Station sont également des dossiers dont il s’est mêlé.

Partager cet article