Alma se dote d’inspecteurs pour chiens dangereux

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
Alma se dote d’inspecteurs pour chiens dangereux
(Photo : Wikimedia Commons)

En plus de la Sûreté du Québec, des fonctionnaires municipaux sont attitrés à l’application de la loi québécoise sur l’encadrement des chiens, en vigueur depuis le 3 mars.

Ainsi, le coordonnateur du service de l’urbanisme, l’inspecteur municipal et ses adjoints pourront déclarer un chien « potentiellement dangereux » ou « dangereux », sur les motifs qu’il ait pu mordre, attaquer ou blesser autrui. Auparavant, pour qu’un chien soit déclaré ainsi, il fallait passer par le conseil municipal.

Rappelons que la Loi sur l’encadrement des chiens oblige notamment  les propriétaires de chiens « potentiellement dangereux » de leur faire porter en tout temps une muselière, être micropucé, de ne pas être en présence d’un enfant de 10 ans et moins à moins qu’un adulte s’y trouve, d’être tenu en laisse n’excédant pas 1.25 mètre.

Les propriétaires de chiens « dangereux » doivent quant à eux apposer une affiche présentant le danger devant leur résidence et doivent prévoir un dispositif empêchant ce chien de sortir des limites. Les contrevenants à la loi s’exposent à des amendes pouvant aller jusqu’à 10 000 $.

Cette loi oblige également les vétérinaires et médecins à signaler aux autorités municipales toute l’information concernant une blessure par chien. Ainsi, une municipalité peut forcer l’euthanasie d’un chien déclaré ayant mordu ou attaqué une personne.

 

Partager cet article