Alma verse 140 000 $ pour le démarrage d’un incubateur d’entreprises au centre-ville

France Paradis
Alma verse 140 000 $ pour le démarrage d’un incubateur d’entreprises au centre-ville
(Photo : Photo Trium Médias-France Paradis)

Le projet de démarrage d’un incubateur d’entreprises au centre-ville d’Alma semble voyager sur de solides rails.

En effet, Alma accorde 140 000 $ à la Corporation d’innovation et développement Alma—Lac-Saint-Jean Est (CIDAL) afin que l’organisme puisse poursuivre les démarches de financement du projet d’environ un million $.

Si tout se concrétise, d’ici la fin de l’année, l’organisme pourrait accueillir ses premiers clients.

À l’unanimité, les élus almatois ont accordé le montant d’aide financière demandé par la CIDAL, montant qui sera versé en deux versements de 70 000 $, un premier en 2019 à même les surplus accumulés et le second en 2020, pris à même le budget à venir.

« C’est un projet global qui va tourner autour du million $. Il y a d’autres partenaires que je vais me retenir de parler, car on va attendre toute la finalité de cela, et surtout, il devrait y avoir bientôt une conférence de presse avec les partenaires pour annoncer le tout globalement. Cet argent de ville d’Alma va contribuer à ficeler le tout. Cet incubateur va être ici au centre-ville. Il fallait que l’on fasse notre part pour être équitable pour tout le monde, car la CIDAL, c’est à la grandeur de la MRC Lac-St-Jean-Est, mais ça prenait une dynamique pour soutenir les jeunes entreprises avec des conseils d’avocats, de comptables et de services en plus de la CIDAL qui sera juste en face », se réjouit le maire d’Alma, Marc Asselin.

Le modèle qui sera implanté à Alma existe déjà ailleurs, avec un bon succès impressionnant.

« À partir du moment où tu accompagnes les gens, avec des gens d’expérience, ça aide, ça encourage les futurs hommes d’affaires à foncer », soutient le maire.

Le projet

Ce projet devrait permettre la création de deux emplois dans l’équipe de gestion et de coordination tout en ajoutant 10 emplois biannuellement créés en se basant sur l’hypothèse d’un cycle d’incubation de cinq entreprises sur une période de deux à trois ans.

Le projet d’incubateur devrait notamment permettre de favoriser la création de nouvelles entreprises et d’emplois à valeur ajoutée; de former et outiller les entreprises actuelles et futures; d’améliorer le taux de survie des entreprises soutenues par la CIDAL; d’augmenter le taux d’occupation commerciale et industrielles du territoire; d’orienter le développement vers une économie plus durable et une culture entrepreneuriale plus forte; de répondre aux besoins des entrepreneurs de la nouvelle économie et de renforcer le pouvoir attractif de notre milieu.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des