Amir Khadir demande l'abolition des ententes secrètes et la nationalisation des barrages

Amir Khadir demande l'abolition des ententes secrètes et la nationalisation des barrages
Amir Khadir était accompagné du candidat Frédérick Plamondon.

ENTENTES SECRÈTES. Amir Khadir, candidat dans Mercier, au nom de Québec Solidaire, prône l’abolition des ententes secrètes entre Hydro-Québec et Rio Tinto Alcan et demande même la nationalisation des barrages de l’entreprise privée, au bénéfice de tous les Québécois.

De passage à Alma, ce mercredi, Amir Khadir n’a pas fait dans la dentelle quand il s’agit des avantages « honteux » consentis à la multinationale Rio Tinto Alcan.

« Nous devons libérer le Lac-Saint-Jean de l’emprise de ces compagnies privées qui font la pluie et le beau temps dans la région. Rio Tinto Alcan a un pouvoir démesuré non seulement sur ses travailleurs et travailleuses, mais aussi sur l’ensemble de l’économie régionale ainsi que sur Hydro-Québec. Il faut redonner aux Québécoises et aux Québécois ce qui leur appartient en nationalisant ces installations électriques privées, vestiges d’une époque révolue», lance Amir Khadir.

Questionné sur le coût d’une telle opération et des lois en vigueur et des tribunaux internationaux devant lesquels Rio Tinto Alcan pourrait contester cette nationalisation de ses barrages, le candidats de Québec Solidaire soutient que l’on doit cesser d’avoir peur, d’évaluer combien le gouvernement a donné en avantages financiers et fiscaux à L’entreprises ces 40 dernières années et tenir compte de tout ça pour se porter acquéreur des fameux barrages.

«L’entente secrète, négociée par les libéraux de Jean Charest et maintenue par le gouvernement de Pauline Marois, prévoit qu’Hydro-Québec doive racheter à la multinationale tous les surplus d’électricité produits par ses installations, et ce, même en cas de lockout, alors que les surplus sont abondants. Le comble, c’est que cette électricité est rachetée plus de quatre fois le prix qu’il en coûte pour la produire alors que la société d’État nage déjà dans les surplus. Le seul lockout de 2012 a coûté 148 millions $ à la population québécoise selon le syndicat», ajoute Amir Khadir.

Ce dernier était accompagné de Frédérick Plamondon, candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Lac-Saint-Jean.

Partager cet article