Audrey Paradis cultive à sa façon à St-Gédéon

Audrey Paradis cultive à sa façon à St-Gédéon
Au total

AGRICULTURE. Défricher son propre chemin avec ses convictions, ses techniques particulières et sans un antécédent familial dans le milieu agricole, c’est ce qu’Audrey Paradis a su faire, avec la ferme À contre vent. Avec la diversité de produits cultivés et ses paniers de fruits et de légumes, elle contribue à démocratiser le bio et le mode de vie maraîcher un jour à la fois.

Poussée par son désir de faire de la coopération internationale, la jeune femme s’est tournée vers l’agriculture. « Après avoir fait mon cours en agriculture, j’ai fait un stage au Maroc. J’ai réalisé que si je voulais avoir un impact sur les pays en voie de développement, il fallait changer notre façon de faire et de consommer ici. Plus les gens vont être sensibilisés à la consommation locale, plus la demande va changer et plus l’agriculture mondiale va changer », explique-t-elle.

C’est par la suite en 2014 qu’elle s’est installée sur la petite terre de la rue de la Plage à St-Gédéon. À l’époque, il y avait des vivaces, de l’aspergeais, le verger et les framboisières, ce qui produisait un total de 50 paniers pour les familles de la région. « On se dit qu’on nourrit des familles de la région et c’est vraiment valorisant. Certains cultivent pour nourrir des animaux avec des céréales, nous c’est pour des familles », souligne-t-elle.

La ferme À contre vent aujourd’hui

Une centaine de familles profitent aujourd’hui des deux différentes grosseurs de paniers confectionnés par la productrice maraîchère et ses employés lors de la période estivale. Pour Audrey Paradis, cette façon de consommer permet aux acheteurs de découvrir et de repousser leurs limites. « C’est comme un défi. À l’épicerie, nous achetons toujours les mêmes légumes et fruits. Avec le panier, les gens découvrent de nouveaux aliments, de nouvelles recettes et se surpassent », raconte-t-elle.

Les paniers contiennent une base de divers légumes en plus de ceux de la saison parmi les 40 variétés, toujours récoltées dans les dernières heures.  L’ambiance qui règne lors de la livraison des paniers ou lorsque les gens viennent les chercher représente aussi une fierté pour cette dernière.

« Les familles viennent, les enfants vont courir dans le champ et nourrir les poules pendant que les parents échangent sur différentes recettes. »

En nouveauté cette année, la ferme À contre vent offre un comptoir libre-service pour l’achat de produits directement sur la terre. Ils seront aussi disponibles au Marché public de St-Gédéon.

À contre vent

Avant de pouvoir s’installer sur cette terre, l’agricultrice a démarré son entreprise de consultation pour la mise en place de haies brise-vent et de bandes riveraines sur les terres agricoles, d’où le nom de la ferme. En plus d’utiliser ces techniques sur sa propre terre. Audrey Paradis œuvre aussi à implanter ces installations sur les différents champs de la région.

À LIRE ÉGALEMENT

Une petite terre, une grande problématique

Partager cet article