Budget du Québec 2015-2016 : ce qu’ils ont dit

Budget du Québec 2015-2016 : ce qu’ils ont dit
(Photo TC Media - Perrine Gruson)

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, présentait son budget 2015-2016 aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Le budget prévoit un retour à l’équilibre budgétaire.

Parmi les faits à retenir, notons que la taxe santé est encore présente, mais sera abolie graduellement entre janvier 2017 et 2019 ; le budget prévoit un accroissement des dépenses de 0,2% en éducation ; accroissement de 1,4% des dépenses en santé ; baisse des impôts des entreprises à prévoir.

 

Ce qu’ils ont dit sur le budget :

«L’Union des municipalités du Québec (UMQ) était présente aujourd’hui au dépôt du budget du Québec 2015-2016 présenté par le ministre des Finances, monsieur Carlos Leitão. Aux yeux de l’UMQ, ce plan budgétaire en est un de transition et devra donner au gouvernement la marge de manoeuvre financière pour appuyer les municipalités comme actrices de premier plan du développement économique dans toutes les régions du Québec.» – Union des municipalités du Québec

«Maintenant une rigueur budgétaire de circonstance, le budget 2015-2016 semble respecter les cibles promises d’après les informations communiquées. Il offre également l’avantage de présenter un Plan économique, prudent, mais très attendu par le milieu des affaires depuis plusieurs mois, qui contient des avenues intéressantes notamment sur le plan de la diminution du fardeau fiscal des entreprises et des particuliers, ainsi qu’au niveau de mesures favorisant l’investissement et l’emploi. Par contre, il faudra continuer de se préoccuper de la performance de notre productivité.» – Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec

«Tout en constatant l’atteinte nécessaire de l’équilibre budgétaire, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, de même que le député de Granby et porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de finances, François Bonnardel, se sont dit déçus du fait que ce sont encore une fois les citoyens de la classe moyenne qui feront les frais pour les deux prochaines années du manque de vision des libéraux de Philippe Couillard.» – Coalition Avenir Québec

«C’est une journée très sombre pour l’éducation au Québec. Déjà, avec les compressions de 40 millions de dollars depuis un an, environ la moitié des cégeps ont réduit leur offre de service. Déjà, un point de rupture a été atteint. Que pourront faire les cégeps? Couper dans le chauffage?» –  Alexis Tremblay, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec.

 

 

Québec Hebdo

Partager cet article