Centre de conditionnement physique : Une première pelletée de terre à Labrecque

Photo de Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Par Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Centre de conditionnement physique : Une première pelletée de terre à Labrecque
De gauche à droite : Éric Simard, maire de Labrecque ; Louis Gravel, chargé de projets pour Ashini Consultants et Mathieu Girard, contremaître pour les Constructions Gigari. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Le projet de salle de conditionnement physique au centre de loisirs se concrétise peu à peu. Les élus ont procédé à une première pelletée de terre le 7 septembre, qui sonne le début des travaux qui s’achèveront au printemps 2022.

Pour le maire de Labrecque, Éric Simard, c’est l’aboutissement de trois ans d’efforts menés par le conseil municipal et les citoyens. D’abord évalué à 800 000 $, des dépassements de coûts liés aux prix des matériaux sont toutefois survenus.

Le projet a finalement été réévalué à 1,1 M$. Il est financé à 40 % par la municipalité et à 60 % par le ministère de l’Éducation. En plus de permettra la construction d’une salle de conditionnement physique de 256 m² avec équipements, un garage de 61 m² permettant d’abriter la surfaceuse du centre de loisirs sera aussi érigé.

Selon l’entrepreneur, Les Constructions Gigari, la première phase des travaux qui implique la construction de l’édifice sera complétée d’ici les Fêtes. La seconde phase, qui implique le recouvrement extérieur, sera achevée au printemps.

Pour l’ingénierie, c’est l’entreprise de Mashteuiatsh Ashini Consultants qui a été mandée.

Abonnement

Les citoyens qui souhaiteront s’entraîner pourront prendre un abonnement. Une carte d’accès sera nécessaire pour accéder aux lieux. Selon le maire Éric Simard, le coût devrait se situer entre 20 $ et 30 $ mensuellement.

« On ne vise pas de catégorie d’âge. C’est un projet qui vient de la volonté des citoyens et ce sera ouvert à tous. On veut que ce soit équipé, un peu comme le Centre Mario-Tremblay à Alma », explique-t-il.

Des programmes d’entrainement, élaborés par un employé des loisirs, sont également prévus.

Usine d’épuration des eaux

Éric Simard n’est pas encore en mode électoral. Il préfère pour l’instant se concentrer sur les dossiers municipaux, dont la construction d’une usine d’épuration des eaux qui devrait aboutir d’ici 2023.

« C’est un projet majeur de 15 M$. Les plans sont finaux. On devrait aller en appels d’offres en janvier ou février 2022. Ça implique que 90 % des conduites d’eau devront être refaites », fait valoir le maire.

Par ailleurs, une nouvelle candidature s’est ajoutée à la course à la mairie. Il s’agit de la conseillère du district 3, Marie-Josée Larouche.

Partager cet article