Coup de chaleur: les moyens pour le prévenir sont simples!

Coup de chaleur: les moyens pour le prévenir sont simples!

BOIRE BEAUCOUP. Entre 2009 et 2013, 113 travailleurs ont été victimes d’un malaise résultant du travail à la chaleur. Alors que le Québec connaît actuellement des températures particulièrement élevées, la CSST rappelle aux employeurs ainsi qu’aux travailleurs qu’il peut être dangereux, voire mortel, d’effectuer un travail physiquement soutenu à la chaleur.

Certains secteurs d’activité sont plus à risque, dont la foresterie, l’agriculture, la construction, l’aménagement paysager et les scieries.

Le danger est plus grand lors des premiers jours de grandes chaleurs, alors que le corps n’est pas encore acclimaté à ces températures.

Le coup de chaleur se produit lorsque le corps ne réussit pas à se refroidir adéquatement. Afin de prévenir un tel incident, employeurs et travailleurs doivent prendre les mesures préventives qui s’imposent.

D’abord, l’employeur doit organiser le travail en attribuant des tâches plus légères à effectuer en rotation. Ultimement, certaines tâches très lourdes peuvent et doivent même être reportées à d’autres moments.

L’employeur doit aussi prévoir des pauses plus longues et plus fréquentes dans des endroits de repos climatisés ou à l’ombre, et fournir aux travailleurs de l’eau fraîche en quantité suffisante. L’employeur doit informer tous les travailleurs et les superviseurs sur les risques et les moyens de prévenir les coups de chaleur.

De leur côté, les travailleurs doivent respecter les mesures mises en place, boire au minimum un verre d’eau toutes les vingt minutes et porter des vêtements légers et de couleur claire.

Quoi faire si un malaise causé par la chaleur survient?

En tout temps, employeurs et travailleurs doivent être vigilants, surveiller l’apparition de symptômes ainsi que les signes d’un malaise causé par la chaleur.

En plus de souffrir d’étourdissements, de vertiges ou d’une grande fatigue, une personne qui subit un coup de chaleur peut tenir des propos incohérents, perdre l’équilibre, ou encore s’évanouir.

Si un coup de chaleur est soupçonné, il faut alerter immédiatement les secouristes et les services d’urgence (911), transporter le travailleur à l’ombre ou dans un endroit frais, lui retirer ses vêtements, asperger son corps d’eau et le ventiler le plus possible. On peut donner à la victime de l’eau fraîche en petite quantité si elle est consciente et lucide.

Pour plus de renseignements sur les coups de chaleur, rendez-vous sur le site Web de la CSST, au www.csst.qc.ca/chaleur. Vous pourrez entre autres y visionner la vidéo Travailler à la chaleur… Attention!, qui présente les étapes à suivre en cas de coup de chaleur.

Partager cet article