Cruauté animale: Des lois oui, mais peu de punitions

Cruauté animale: Des lois oui, mais peu de punitions

LOIS. Au Québec, comme au Canada, la protection des animaux contre toute souffrance physique inutile fait l’objet d’un faible encadrement juridique. Les animaux sont littéralement représentés au nom de la loi, au même titre… qu’un meuble!

Martine Lachance, professeure en droit et membre du Groupe de recherche international en droit animal (GRIDA), déplore grandement ce manque.

Le GRIDA a déjà, à huit reprises, tenté de faire changer le Code criminel, afin de le moderniser et a échoué autant de fois.

Lueur d’espoir pour le Québec

Mme Lachance souligne toutefois le travail du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), Pierre Paradis, qui est très impliqué dans la lutte pour la protection des animaux.

«Au Québec, autant qu’au Canada, les lacunes sont nombreuses, mais je pense que nous allons dans la bonne direction. Il est certain qu’il faut d’abord changer les lois au Canada», précise la professeure.

Aux dires de cette dernière, il y aurait moins de 1 % des cas de cruauté animale qui se retrouvent devant les tribunaux et aucune condamnation à une peine de prison n’aurait été émise; le Québec a donc encore beaucoup de chemin à faire.

Des cas désespérants

Mme Lachance nous a cité quelques exemples d’événements où les malfaiteurs s’en sont sortis avec une simple tape sur les doigts, mais celle qui m’a le plus frappée, concerne deux adolescents.

Les deux jeunes auraient attaché un chien à un arbre et l’auraient battu à coups de bâton de baseball. Les adolescents n’ont pas été reconnus coupables, parce que le chien est mort dès le premier coup…

Le GRIDA souhaite faire ajouter à la loi le fait du tuer sauvagement un animal, pour que des cas comme le précédent ne se produisent plus.

Selon Martine Lachance, tous ceux qui ont fait de la cruauté envers les animaux ne sont pas des tueurs en séries, mais tous les tueurs en séries ont fait de la cruauté envers les animaux.

Autres textes sur le sujet:

Deuil 02: Faire le deuil de pitou ou minou

Les réseaux sociaux: Une plateforme de dénonciation de la cruauté

La cause animale: Pas encore une priorité

Partager cet article