Deux participants misent 205 626 $… sur un gâteau

Deux participants misent 205 626 $… sur un gâteau

Le 18e encan de la Fabrique d’Hébertville a pris une tournure très inattendue alors que deux participants se sont relancés jusqu’à concurrence de 205 626 $ pour faire l’acquisition d’un simple gâteau représentant les portes de l’église locale.

Cet événement inhabituel s’est produit ce dimanche, au début de la rencontre. L’encanteur a mis aux enchères un gâteau représentant les portes de l’église d’Hébertville, l’objectif financier de cette année étant de recueillir les sommes nécessaires pour leur restauration.

Un premier individu a offert 25 $, relancé immédiatement par un autre à 50 $ et relancé à 100 $.

Jusque-là, rien de spécial direz-vous. C’est à ce moment que les deux individus, inconnus du public, y sont allés de montants de plus en plus élevés, 250 $, 500 $ 1000 $, 5000 $.

Les gens regardaient incrédules la scène, se demandant bien si la situation était réelle ou si ces deux hommes ne se moquaient pas d’eux.

La présidente Marthe Larouche est alors intervenue: « Messieurs, êtes-vous réellement sérieux ? ». Les deux individus ont répondu un oui solennel et l’encan s’est poursuivi.

On est donc passé à10 000 $, 25 000 $ 50 000 $, 100 000 $, 200 000 $ pour ensuite atteindre le chiffre magique où le gâteau a été adjugé à 205 626 $.

La présidente de l’encan, Marthe Larouche, qui avait été mise dans la confidence, a alors invité les deux individus à l’avant.

Elle a alors présenté au public Jean Briand et Michel Néron, tous deux attachés politiques au bureau du député/ministre Alexandre Cloutier, qui ont trouvé cette façon plus qu’originale d’annoncer de la part de leur patron le versement par Québec de cette aide financière de 205 626 $ pour le projet de rénovation et de restauration de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption à Hébertville.

Naturellement, c’était le délire dans la salle à l’égard de cette annonce attendue depuis plusieurs mois déjà.

D’un point de vue architecturale, la valeur patrimoniale de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption est considérée comme exceptionnelle. Le soutien financier accordé à la fabrique de la paroisse, pour cet immeuble patrimonial à caractère religieux, représente 75 % du coût des travaux.

Ces derniers permettront de consolider la structure, de restaurer la maçonnerie et de procéder à l’isolation de l’entre toit. Des travaux de restauration des finis intérieurs seront également réalisés.

« Je suis très fier d’annoncer 205 626 $ pour des travaux de rénovation et de restauration de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption. C’est une excellente nouvelle, pour cette première église érigée au Lac-Saint-Jean. La contribution du gouvernement du Québec viendra appuyer le travail effectué par les citoyennes et les citoyens qui, attachés à leur culture et à leur histoire, déploient des efforts considérables pour protéger et promouvoir leur héritage culturel », a fait livrer comme message Alexandre Cloutier.

Le résultat financier de l’encan dépasse les 17 000 $ mais déjà, il dépasse très largement le succès escompté avec l’annonce du ministre Cloutier.

Partager cet article