DOSSIER TC: Le CSSS Lac-St-Jean-Est a enregistré 1624 événements

DOSSIER TC: Le CSSS Lac-St-Jean-Est a enregistré 1624 événements

Karine Gagnon de la direction de la santé physique et des communications.

SANTÉ. Entre le 1er octobre 2013 et le 31 mars 2014, le Centre de santé et de services sociaux de Lac-St-Jean a enregistré 1624 événements (accidents ou incidents) en rapport avec la prestation de soins et de services. La direction de l’établissement en est pleinement consciente et tout le monde est mobilisé pour l’amélioration de ces statistiques et de multiples gestes sont posés à cet effet.

Les chiffres mentionnés sont tirés du Rapport semestriel des incidents et accidents survenus lors de la prestation de soins et services de santé au Québec.

Pour le CSSS de Lac-St-Jean-Est, ces statistiques touchent l’Hôpital d’Alma, le CLSC ainsi que les CHSLD sous sa gouverne.

Chaque établissement a l’obligation de tenir un registre de dénonciation

Il y a les incidents qui sont des action ou situations qui n’entraînent pas de conséquence sur l’état de santé ou le bien-être d’un usager, mais dont le résultat est inhabituel et qui, en d’autres occasions, pourrait entraîner des conséquences.

Les accidents sont des action ou situation où le risque se réalise et est, ou pourrait être, à l’origine de conséquences sur l’état de santé ou le bien-être de l’usager.

Les chutes et la médication sont les événements les plus souvent rapportés.

« Pour nous, les incidents, c’est un moyen de prévenir les accidents. On a instauré une culture de dénonciation de ces incidents-là pour que les employés, de tous les corps de métier, soient en mesure de dénoncer s’il arrive quelque chose et aussi d’apporter des améliorations », souligne Karine Gagnon de la direction de la santé physique et des communications.

Analyse

Chacun des 1624 événements répertoriés a donc fait l’objet d’un rapport spécifique qui a fait l’objet d’une analyse, d’un suivi et d’un correctif par le service de gestion des risques où on retrouve une chef, deux infirmières en prévention des infections et une équipe qualité qui analyse chaque cas.

La situation s’améliore et il y a beaucoup plus d’incidents que d’accidents, ce qui permet de prévenir.

La direction pose des actions concrètes

Au CSSS Lac-St-Jean-Est, plusieurs gestes ou actions sont entreprises afin de corriger les situations que les rapports de dénonciation mettent à jour..

Par exemple, le projet pharmaco-nursing se penche sur toute la question de l’entreposage et l’administration des médicaments.

On a introduit récemment le projet « Les stars de la qualité » où l’on mobilise chaque département avec les employés sur le terrain à trouver des améliorations à apporter dans leur milieu de travail. C’est une forme de chalenge de l’amélioration de la qualité.

Du 27 au 31 octobre, on a créé « La chambre des horreurs ». Une chambre avait été spécialement aménagée avec mannequins et équipements médicaux. Cependant, il y avait 20 erreurs flagrantes et les employés étaient invités à les découvrir dans le cadre d’un petit concours.

En périnatalité, on applique le programme AMPRO (approche multidisciplinaire en prévention des risques obstétricaux). Ces trois dernières années, le programme a permis d’apporter quelque 35 améliorations dans ce département dont la mise en place d’une salle de pratique ou encore, d’un chariot d’urgence spécifique pour les accouchements précipités.

« La population n’a pas lieu de s’inquiéter. Ce que la population doit trouver rassurant c’est que l’on met de l’avant des pratiques pour devenir exemplaire. Il y a des rapports qui sont soumis et on a des outils pour suivre et améliorer la qualité des soins et la sécurité des usagers », de conclure Karine Gagnon.

Partager cet article