Élection à la préfecture : Paradis réponds à Récif 02

Photo de William Fradette
Par William Fradette
Élection à la préfecture : Paradis réponds à Récif 02
« Le rôle du préfet c’est d’être rassembleur, de s’assurer que l’ensemble du conseil a l’opportunité de s’exprimer et que les décisions soient bien orientées par le préfet pour la suite des choses. » (Photo : Trium Médias - William Fradette )

André Paradis croit que le mode d’élection du préfet de la MRC est approprié et ne cause pas de problème. Il est même démocratique.

André Paradis répondait ainsi aux représentantes de l’organisme Récif 02, qui réclamaient la semaine dernière que l’élection des préfets des MRC se fasse au scrutin universel. Présentement, le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est est choisi parmi l’un des 18 maires et conseillers siégeant au conseil de celle-ci.

Également maire de Saint-Henri-de-Taillon, il a tenu à préciser son rôle et les pouvoirs qui viennent avec celui-ci. Il pense que la formule actuelle convient bien à la réalité de la MRC Lac-Saint-Jean-Est.

Démocratique ?

André Paradis considère que l’élection par les pairs demeure une méthode tout à fait démocratique. « Le conseil de la MRC est constitué d’élus. Quand on nomme le préfet entre nous, c’est encore une action démocratique parce qu’on vote. Il y a donc deux aspects où l’on respecte la démocratie. »

Il poursuit en affirmant que la plus-value du scrutin universel est faible. Son seul avantage est que le préfet soit à temps plein affecté aux dossiers de la MRC, ce qui est déjà le cas. « Je suis à temps plein, quand j’ai été nommé en 2009 j’ai quitté mon emploi ».

« Quand le gouvernement a permis [le scrutin universel], on a convenu que ça fonctionnait, mais que par contre on devrait s’assurer que ce soit à plein temps, comme cela, ça pali au fait qu’au scrutin universel, c’est automatiquement à plein temps. »

Cumul de fonctions ?

Questionné à savoir si le cumul des fonctions de maire et de préfet pouvait causer des problèmes, André Paradis s’est montré catégorique. « Aucunement, ça ne me nuit pas. Oui, je suis à temps plein, mais je peux réserver une partie de mon temps si j’ai besoin ». Rappelons que la majorité des maires ont un emploi en dehors de leurs fonctions.

Quant aux conflits d’intérêts qui pourraient survenir, il rappelle que le rôle du préfet est moins décisionnel que représentatif. « On ne prend pas de décisions en tant que telles, on fait avancer les décisions du conseil de la MRC. C’est le conseil qui autorisera, par exemple, une subvention analysée et soumise par un comité indépendant ».

Il souligne également qu’il n’a pas le pouvoir de trancher lors d’un vote, puisque c’est la double majorité qui s’applique. Une majorité de votes ne peuvent donc pas aller à l’encontre d’une majorité de populations.

La semaine dernière, suite la lecture d’un article du Journal Le Lac-St-Jean, Gisèle Dallaire et Martine Boivin ont réanimé le débat sur le mode d’élection du préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est.
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des