Élections municipales d’Alma: Les candidats ont débattu

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Élections municipales d’Alma: Les candidats ont débattu
Les candidats aux élections municipales d'Alma Sylvie Beaumont, Jocelyn Fradette, Lucille Gagnon et Manon ont fait valoir leurs engagements lors d'un débat télévisé. (Photo : Trium Médias - Yohann Harvey Simard)

Alma – C’est hier soir qu’avait lieu le débat télévisé des candidats à la mairie d’Alma. Durant une heure, les aspirants maires Lucille Gagnon, Manon Girard, Sylvie Beaumont et Jocelyn Fradette ont eu l’occasion de présenter leurs différents engagements au public sur les ondes de NousTV Alma.

Précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas ici d’un aperçu exhaustif des propositions des candidats. Les citoyens sont donc encouragés à consulter les plateformes électorales de chacun afin d’avoir une vue d’ensemble.

Toujours est-il que les candidats ont notamment été appelés à se prononcer sur l’économie de la municipalité.  Certaines propositions de Jocelyn Fradette sont ressorties du lot.

« Le soutien aux entreprises pourrait commencer par un affichage moins strict au niveau des règlements municipaux. Il faut attirer les consommateurs régionaux à venir magasiner dans notre ville », a-t-il affirmé. Ce dernier s’engage également à mettre en place un site web « pour référencer et faire la promotion des attraits pour encourager les entreprises de partout au Québec et de l’international à venir s’installer ici. »

De son côté, Sylvie Beaumont a insisté sur le fait que le projet Elysis, une technologie permettant d’éliminer tous les gaz à effet de serre de la production d’aluminium et instaurée à l’usine Rio Tinto d’Alma, représentait une « opportunité incroyable pour tirer notre épingle du jeu ». En ce sens, elle  s’engage à mettre en place « des mesures pour accompagner nos entreprises pour qu’elles puissent tirer profit de cette opportunité ». « Ça va prendre de la formation pour les employés et l’embauche de nouvelles ressources, car il y aura de nouveaux équipements de pointe », a-t-elle précisé.

Lucille Gagnon soutient par ailleurs « qu’il faut convaincre la haute direction de Rio Tinto d’aller de l’avant avec la construction de la phase 2 de l’usine d’Alma. » Faisant référence aux impacts de la pandémie, cette dernière tentera aussi de trouver des solutions pour permettre aux commerçants de « repartir du bon pied ».

Pour sa part, Manon Girard souhaite favoriser le virage numérique des entreprises, notamment par la formation de la main-d’œuvre. « L’économie sera de plus en plus virtuelle, et il faudra s’y ajuster », a-t-elle expliqué.

Environnement 

Au sujet de l’environnement, Manon Girard a ouvert le bal en affirmant que sa prise en compte devait devenir un réflex dans les futurs plans de développement de la ville. Plus concrètement, elle propose entre autres la création de jardins pluviaux et la bonification de la stratégie municipale de développement durable. De plus, tout comme Sylvie Beaumont, elle accorde une importance particulière à l’électrification des véhicules de propriété municipale.

Lucille Gagnon a quant à elle dénoncé les coupes à blanc qui se font dans les projets de développement résidentiel, une pratique qui n’est pas nécessaire selon elle.

En ce qui les concerne, Sylvie Beaumont et Jocelyn Fradette ont réitéré leurs intentions de bonifier les services de Taxi Bus. La mise en place d’une économie circulaire, permettant la réduction des pertes de matières résiduelles, faisait également partie de leur discours respectif.

Échanges libres

Outre les questions prédéfinies, des périodes d’échange libre ont également été allouées aux candidats. Il a notamment été question de l’autoroute Alma-La Baie.

Si les quatre candidats s’entendent pour dire que le projet doit se réaliser d’une façon ou d’une autre, Lucille Gagnon soutient que c’est le tracé nord qui doit être retenu.

Or, selon Jocelyn Fradette, l’heure n’est plus aux discussions, rappelant que « pendant qu’on débat, on attend, on attend, et ça n’avance pas. »

De son côté, si elle est élue, Sylvie Beaumont s’engage à ce que le projet soit mis en branle dans les quatre premières années de son mandat.

 

Partager cet article