Élections municipales : Marc Asselin poursuit sa réflexion

Photo de Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Par Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Élections municipales : Marc Asselin poursuit sa réflexion
Marc Asselin ne ferme pas la porte à se présenter à nouveau candidat à la mairie d’Alma. Il préfère attendre à 2021 pour faire connaître sa décision. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

L’actuel maire d’Alma n’est pas encore fixé sur sa décision de solliciter un autre mandat. Préférant se concentrer sur la sortie de crise actuelle, Marc Asselin annoncera s’il se représente ou non en 2021, jugeant qu’il est trop tôt à l’heure actuelle.

« Je vais terminer cette année difficile marquée par la COVID-19 et je vais attendre l’année qui suit, qui est une année électorale, pour préciser ce que je veux faire de mon avenir. Au moment où l’on se parle, je suis toujours en poste et je continue mon travail », a-t-il affirmé à Trium Médias.

Il assure néanmoins que peu importe les candidats qui seront en lice, ce n’est pas ce qui va influencer sa décision.

« Je regarde aller les adversaires potentiels, mais ce n’est pas ça qui va m’influencer dans ma décision. Ma réflexion est beaucoup plus personnelle qu’en lien avec les candidats. »

Celui qui est à la tête d’Alma depuis 2009, soutient entretenir de bonnes relations avec le candidat Nicolas Martel, avec qui il siège au conseil de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est. Il qualifie ce dernier de « dynamique ».

Développement du Parc technologique

L’avenir du Parc technologique Gabriel Fortin est positif, selon Marc Asselin. Pour l’instant, une entreprise s’y trouve, soit l’usine d’extrusion d’aluminium Pexal Tecalum Canada. D’ici six mois, Construction Bon-Air y déménagera également sa succursale de Chambord. Le maire espère attirer entre huit et douze entreprises d’ici 10 ans.

« Le démarrage a été difficile, mais l’usine d’extrusion a de plus en plus le vent dans les voiles. Le support de Rio Tinto est toujours dans le décor. Avec la CIDAL, on fait du démarchage pour attirer d’autres entreprises au niveau technologique pour faire une suite logique à l’usine d’extrusion déjà en place. »

Incubateur des drones

Marc Asselin s’attend à ce que le Parc technologique favorise l’arrivée d’usines de fabrication de pièces de drones.

« On a développé ce terrain en fonction de technologie, mais aussi en fonction du futur du développement du drone. Les entreprises auront accès à l’arrière de la cour de l’aéroport pour y faire des essais. On pense qu’il y a des usines de transformation d’aluminium qui pourraient facilement faire des pièces pour des drones de différentes dimensions. »

D’ici là, le maire tentera avec les acteurs du milieu de convaincre le ministère de la Défense du Canada de choisir Bagotville pour son projet d’escadron de drones militaires, afin de créer une synergie régionale dans le développement du drone.

Rappelons que la base militaire de Gagetown au Nouveau-Brunswick figure parmi les lieux évoqués par le ministère de la Défense.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *