Électricité: Québec souhaite exporter sur des marchés plus populeux aux États-Unis

Électricité: Québec souhaite exporter sur des marchés plus populeux aux États-Unis
pylone électrique

Le gouvernement Marois souhaite qu’Hydro-Québec puisse exporter son énergie sur des marchés plus populeux que ses marchés traditionnels aux États-Unis.

« L’enjeu, c’est l’accès aux réseaux de transport d’électricité », a déclaré ce matin la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, lors du sommet de l’énergie organisé par les Évènements Les Affaires.

Actuellement, Hydro-Québec vend son énergie hors Québec en Ontario, au Nouveau-Brusnwick et dans le nord-est des États-Unis, dans le nord de l’État de New York et en Nouvelle-Angleterre.

Or, le gouvernement Marois aimerait que la société d’État puisse exporter son énergie dans les grands centres urbains des États-Unis, a expliqué Martine Ouellet, sans donner plus de précisions.

La grande région de New York est certainement dans la mire du gouvernement. En 2017, Hydro-Québec y vendra d’ailleurs directement son électricité avec une ligne de transport qui sera dédiée à cet effet. Le projet est en marche.

Géographie oblige, la région des Grands Lacs est probablement un autre marché visé par Québec. On y trouve Chicago, la troisième ville le plus populeuse des États-Unis, dont la région métropolitaine compte quelque 10 millions d’habitants.

Les Grands Lacs sont aussi le coeur de l’industrie manufacturière américaine. Une industrie qui connaît d’ailleurs une renaissance, en Ohio notamment. Les besoins en énergie des entreprises y sont donc importants.

Les Affaires

Partager cet article