Éric Girard a plusieurs défis en vue pour 2022

Julien B. Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Éric Girard a plusieurs défis en vue pour 2022
Éric Girard dit avoir de l’intérêt pour briguer un second mandat aux élections d’octobre 2022. (Photo : Trium Médias - Archives)

La dernière année n’a pas été de tout repos pour le député de Lac-Saint-Jean, Éric Girard. Demandes citoyennes, d’organismes communautaires, soins de fin de vie ou encore énergie et ressources naturelles, 2022 sera tout aussi chargée.

« Les besoins des organismes communautaires ont augmenté depuis la pandémie. Mon rôle continue d’être la courroie pour répondre à leurs besoins », explique-t-il.

Il a d’ailleurs permis de dénicher plusieurs milliers de dollars en aide financière aux organismes de la circonscription. Par ailleurs, l’initiative Mon voisin, je m’en occupe!, lancée par son équipe au début de la pandémie, continue d’aider les familles.

« Les demandes ne cessent d’augmenter, on travaille en étroite collaboration avec plusieurs municipalités, Moisson d’Alma, le travail de rue, la Café communautaire l’Accès, le Carrefour Jeunesse Emploi… », explique-t-il.

À Québec, Éric Girard a notamment siégé sur la Commission spéciale sur l’évolution de la Loi concernant les soins de fin de vie aux côtés de sa collègue Nancy Guillemette, qui en fut la présidente.

Dossiers en 2022

Éric Girard dit garder l’œil ouvert sur le dossier de l’autoroute Alma-La Baie, qui devrait aboutir à une proposition de tracé à l’automne 2022. Questionné s’il comptait défendre le consensus régional à l’égard du tracé sud, Éric Girard s’est toutefois montré prudent à ce sujet.

« Jusqu’à preuve du contraire, il y a un consensus, mais je n’irai pas plus loin. On va attendre de voir les propositions du ministère des Transports avant tout », s’est-il contenté de dire.

Concernant l’internet haute vitesse dans la région, Éric Girard soutient qu’il s’agit d’un « travail au quotidien ». Malgré la promesse de Québec de brancher tous les Québécois d’ici septembre 2022, il croit qu’il restera un « petit pourcentage » qui ne le seront pas.

« Il va y avoir du cas par cas », admet-il.

Enfin, le député avoue notamment avoir un fort intérêt pour se présenter à nouveau lors de la prochaine élection d’octobre 2022. Il dit d’ailleurs entretenir d’excellentes relations avec l’ensemble des élus de la région, tant municipaux, provinciaux et fédéraux.

 

Partager cet article