Expérimentation de nouvelles techniques de reboisement en forêt

Expérimentation de nouvelles techniques de reboisement en forêt
LA PLANTEUSE FORESTIÈRE a pour avantage de scarifier et de reboiser en un seul passage. Notamment

Encore une fois, le milieu forestier s’apprête à vivre un autre virage avec l’arrivée de nouveaux équipements. En effet, dans le cadre de ses projets d’expérimentation en forêt, la Forêt modèle du Lac-Saint-Jean teste actuellement la productivité de la planteuse forestière p11.a de la compagnie suédoise Bracke Forest dans le contexte québécois de remise en production de feu et de regarnis, une première en Amérique du Nord.

Selon le Manuel d’aménagement forestier du Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, le plein boisement ne constitue pas une obligation légale pour les bénéficiaires de CAAF pour le moment. Par contre, la nouvelle vision sylvicole du MRNF encourage le plein boisement et la mise en production de superficies mal régénérées.

La planteuse forestière de la compagnie suédoise, utilisée depuis une dizaine d’années en Europe, a donc été identifiée comme un des outils potentiels qui permettra de remettre en production les secteurs dévastés par des incendies de forêt et les regarnis de secteurs en régénération.

Le but du projet est d’expérimenter sur une période d’un an, la planteuse forestière pour la remise en production des territoires ravagés par les feux de forêts ainsi que pour le regarni des secteurs en régénération.

La remise en production de ces secteurs est coûteuse et techniquement difficile à réaliser par des techniques usuelles telles que le scarifiage et la plantation manuelle. La planteuse forestière est identifiée comme piste de solution pour répondre à cette problématique. La planteuse forestière est en développement depuis dix ans en Europe et elle n’a jamais été testée au Québec. Le projet permettra d’analyser la faisabilité d’utilisation de la planteuse forestière dans le contexte québécois.

La planteuse forestière a pour avantage de scarifier et de reboiser en un seul passage, d’utiliser les sentiers de débardage, de protéger la régénération préétablie, d’éviter des coûts de déplacements et de carburant, diminuer les coûts de suivi et, dans une certaine mesure, de réduire la construction de chemin d’accès (feux, landes forestières).

L’expérimentation se fera sur une période de 7 mois. Les activités prévues sont la planification, la réalisation ainsi que le suivi des travaux de reboisement avec la planteuse forestière. La qualité du reboisement ainsi que la productivité de la machine seront évaluées pour la remise en production des feux ainsi que pour le regarni de secteurs en régénération.

FPInnovations-FERIC participe au projet au niveau de l’évaluation de la productivité de la machine à préparer le terrain et à planter des semis. Équipées de deux planteuses chacune, les coopératives forestières Petit-Paris et de Girardville contribueront également au projet. Les données récoltées seront partagées et comparées avant d’être disponibles pour les collectivités de la région.

Une démonstration terrain de la productivité de la planteuse forestière est prévue pour le mois de septembre.

Partager cet article