Grave accident: Francine Larouche « bénie » par la présence de son petit-fils

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Grave accident: Francine Larouche « bénie » par la présence de son petit-fils
Francine Larouche affirme que son petit-fils Manu Goderre s’est comporté en véritable héros. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey-Simard)

Francine Larouche a eu toute une frousse lorsqu’elle a fait une violente embardée au volant de son tracteur à gazon, la laissant grièvement blessée. Heureusement, son petit-fils Manu Goderre était là pour veiller sur elle en attendant l’arrivée des secours.

Alors qu’elle tondait paisiblement son gazon par un bel après-midi de juillet, l’Almatoise a vu sa journée tourner au cauchemar.

C’est qu’au moment de tondre le rebord de son talus, d’une hauteur de 20 pieds au bas mot, la femme de 61 ans a perdu le contrôle de son tracteur à la suite « d’une mauvaise manœuvre », raconte-t-elle.

En un instant, Francine Larouche se voit propulsée hors de l’engin, qui venait de basculer dans l’imposant ravin. S’en suit une chute brutale.

Lorsqu’elle finit sa course au bas de la colline, la femme se relève en un éclair sous le coup de l’adrénaline. Elle ne réalise pas encore l’étendue de ses blessures, la douleur prenant un certain temps à devenir perceptible.

Mais Manu Goderre, le petit-fils de Francine Larouche, sait que quelque chose ne va pas lorsqu’il pose le regard sur sa grand-mère, dont l’avant-bras gauche semblait tout droit sorti d’un film d’horreur.

Tel que vu sur une photo qu’il ne convient pas de publier, le bras de la dame avait été sévèrement lacéré du poignet au coude, laissant sa peau en lambeaux et sa chaire à découvert. Sans compter son petit-doigt, dont une partie avait été sectionnée, et son pouce, fracturé.

Manu à la rescousse

« Ça s’est passé en un claquement de doigts », dit Manu Goderre qui, du haut de ses huit ans, a su garder son sang-froid malgré la gravité de la situation.

« Moi, je cherchais qui appeler, mais je ne trouvais pas, je devais être trop sous le choc. Lui, il a tout de suite dit “mamie, il faut appeler quelqu’un” », relate Francine Larouche, qui affirme avoir été « bénie » par la présence de son petit-fils.

Le jeune garçon appelle d’abord son père « pour se donner courage », après quoi il compose aussitôt le 911.

Étant donné que l’accident est survenu dans un secteur éloigné de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean, les secours mettront près d’une heure à se rendre sur les lieux.

« Pendant ce temps-là, il m’apportait des débarbouillettes d’eau froide pour pas que je perde connaissance », se souvient la sexagénaire.

Une fois les services d’urgence sur place, un pompier aurait même dit à Manu Goderre qu’il souhaitait l’engager au sein de la brigade, le jeune garçon ayant fait preuve d’un courage exemplaire.

Partager cet article