Hécatombe au Havre de l’hospitalité en raison de la tordeuse des bourgeons de l’épinette

Hécatombe au Havre de l’hospitalité en raison de la tordeuse des bourgeons de l’épinette

Crédit photo : Photo Trium Média - Isabelle Tremblay

La tordeuse des bourgeons de l’épinette fait des ravages dans le secteur du chemin de Villebois, à Alma. Des centaines d’arbres ont été bûchés sur le terrain du Havre de l’hospitalité puisqu’ils représentaient des risques pour la sécurité des gens.

La majeure partie des épinettes qui se trouvaient sur les 260 000 pieds carrés du terrain de l’organisme étaient malades depuis un bon moment.

En 2012, un technicien du ministère des Resssources naturelles et de la Faune a signifié aux dirigeants de la maison que les arbres étaient affectés par une infestation de tordeuses des bourgeons de l’épinette.

« Les arbres touchés sont essentiellement des épinettes blanches et le niveau de défoliation est sévère », écrivait à l’époque Rémi Néron.

Il soulignait avoir remarqué que ce n’était pas la première année que les arbres étaient attaqués et qu’il y avait signe de mortalité. Le représentant du Ministère recommandait aux administrateurs de traiter les résineux.

Les membres du conseil d’administration n’ont cependant pas entrepris de démarches, évoquant un manque d’argent.

Sécurité

La situation s’est dégradée au fil des ans et est devenue dangereuse pour la sécurité des gens.

« Trois gros arbres sont tombés au sol, dont un sur le Pavillon des bénévoles et un autre dans le chemin de Villebois », indique Guy Aubin, vice-président du conseil d’administration.

Un ingénieur forestier bénévole a évalué le site l’automne dernier.

« Il nous a recommandé de faire couper tous les arbres. Parfois, le stationnement est plein la fin de semaine. Des arbres auraient pu tomber. On ne voulait pas prendre de risque », ajoute le président, Christian Tremblay.

De bons samaritains ont procédé au déboisement gracieusement.

« On s’était informé pour les faire bûcher et ça montait à 10 000$. Et à ce prix, les arbres n’étaient même pas ramassés », précise Guy Aubin.

Reboisement

La disparition des arbres laisse un trou béant dans le paysage du Havre et le bûchage n’est pas encore terminé. L’administration souhaite faire de la reforestation et y aménager des espaces fleuris.

Poster un Commentaire

avatar