Investissements majeurs : 6 M$ au Collège d’Alma pour le COlab

William Fradette
Investissements majeurs : 6 M$ au Collège d’Alma pour le COlab

Un laboratoire d’innovation régionale tourné vers l’économie numérique verra le jour au Collège d’Alma. Un nouveau bâtiment, un atelier virtuel et une salle de visionnement 360˚ seront érigés pour l’occasion.

Le Collège d’Alma a bouclé le financement du très attendu COlab, un laboratoire d’innovation régionale qui s’orientera vers l’économie du 21e siècle. Le projet dotera la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean d’une véritable institution d’enseignement technologique, adaptée aux réalités d’ici et qui formera la prochaine génération d’entrepreneurs.

Le bâtiment dans lequel les services seront dispensés sera situé à l’angle de la rue Champagnat et du boulevard Auger. L’échéancier de construction et d’opération est ambitieux : les futurs étudiants pourraient occuper les lieux avant la fin de l’année 2020. Cependant, dès cet automne, une programmation liée au numérique sera offerte.

L’institution et ses partenaires espèrent qu’à long terme, le COlab permettra de créer des emplois dans l’industrie technologique, mais également de faire du Saguenay–Lac-Saint-Jean un incontournable dans celle-ci.

Investissements majeurs

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a annoncé un investissement supplémentaire de 4,1 M$ provenant du ministère de l’Économie et de l’Innovation, qui s’ajoutera à celui de 1,3 M$ déjà promis par le Fonds d’appui au rayonnement des régions.

La décision de Québec réjouit la directrice du collège d’Alma, Josée Ouellet, en poste depuis moins de trois ans.

« Ça fait deux années qu’on travaille fort pour boucler le financement, c’est maintenant chose faite », a-t-elle déclaré, visiblement fière, au journal Le Lac-St-Jean.

Engouement chez Rio Tinto

Outre le gouvernement du Québec, la ville d’Alma et la MRC Lac-Saint-Jean-Est, des partenaires privés ont choisi d’investir également. Le Mouvement Desjardins et Rio Tinto injecteront respectivement 340 000 $ et 300 000 $ dans COlab.

Luc Cyrenne, directeur de projets au Développement Économique Régional pour le compte de Rio Tinto, a tenu à souligner que l’aide ne se limitera pas aux sommes promises. En plus du fonds dédié à la modernisation numérique des PME, « c’est une participation au Conseil d’administration et aussi beaucoup d’autres choses à venir ; j’en suis persuadé, ce ne sera pas seulement des sous », a-t-il précisé.

De l’argent pour attirer plus de femmes dans le numérique

Le gouvernement fédéral ajoute 912 000 pour aider le COlab à intégrer plus de femmes dans l’industrie du numérique et dans la direction d’entreprises.

Richard Hébert, le député de Lac-Saint-Jean et secrétaire parlementaire de la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, a annoncé que le COlab recevrait 912 000 $ sur quatre années pour promouvoir l’entrepreneuriat au féminin. Ces sommes proviennent du Fonds pour l’écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat.

Selon l’élu, les efforts faits par le gouvernement visent à doubler le nombre d’entreprises appartenant à des femmes, et positionner le pays comme un joueur mondial du numérique. « On ne peut pas se contenter de faire des affaires avec nos voisins du sud », a-t-il déclaré.

L’orientation du COlab se dessine

Cet investissement supplémentaire vient solidifier les fondations du COlab. Josée Ouellet a d’ailleurs profité de l’annonce pour expliquer plus en profondeur les axes sur lesquels le programme éducatif s’orientera.

D’abord, au secondaire, le projet visera à stimuler l’intérêt des jeunes étudiantes pour les emplois issus de l’économie du savoir et de l’entrepreneuriat collaboratif. Au collégial et à l’Université, des activités expérientielles et des jumelages permettront d’explorer l’entrepreneuriat numérique et la création d’entreprise.

COlab appuiera ensuite le cheminement des <@Ri>start-up<@$p> par l’implantation d’une académie adaptée aux jeunes entrepreneures. Stages rémunérés, <@Ri>coaching<@$p> et accompagnement au démarrage d’entreprise feront aussi partie de l’offre.

Support

Finalement, COlab s’assurera de la réussite des entrepreneures grâce au réseautage, de pair avec Femmessor. « On est très sensible au numérique versus les femmes. On voit que quelqu’un qui se lance aujourd’hui doit avoir un site et tout le côté marketing. C’est un partenariat qui va favoriser les femmes », a confié Louise Lamontagne, directrice régionale de l’organisme.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des