Jamais un vol de l'avion-ambulance n'a été annulé à Alma

Jamais un vol de l'avion-ambulance n'a été annulé à Alma

TRANSPORT AÉRIEN. Nicol Minier, directeur général de l’Aéroport d’Alma, est formel: jamais un vol de l’avion-ambulance du gouvernement du Québec n’a été annulé en raison de la piste. Elle dispose des 5000 pieds réglementaires, d’un entretien de haut niveau et des équipements de vols aux instruments et une station météo autonome.

Depuis quelques semaines, des informations laissent entendre que le nouvel appareil-ambulance du gouvernement, un appareil de type Challenger totalement réaménagé, pouvait présenter des risques lors de l’atterrissage à certains aéroports en région en raison de son poids et des pistes qui sont plus courtes.

Le nouvel avion-hôpital des Services aériens gouvernementaux, le Chalenger 60, vol QUE11, peut transporter trois patients adultes dans un état critique qui nécessitent des soins dans un hôpital spécialisé et un bébé dans un incubateur.

Nicol Minier tient à souligner qu’au départ, une fois aménagé, on a constaté que le poids de l’appareil était de quelque 550 livres de plus que l’ancien appareil. On a alors retiré de l’appareil tous les équipements non nécessaires. Également, on a même procédé à la pesée du personnel et l’on gère la quantité de carburant en fonction du trajet à effectuer. Notamment, à l’Aéroport d’Alma on peut ravitailler au besoin le Chalenger.

« Tout d’abord, ces vols sont toujours planifiés 24 heures, huit heures ou six heures à l’avance, ce qui nous donne amplement le temps de s’assurer des conditions de la piste. Ici à Alma, la majorité des vols, soit plus de 90 %, concerne des jeunes enfants que le CSSS Lac-St-Jean doit transférer à l’extérieur. Ce n’est pas ça qui ajoute du poids à l’appareil », souligne Nicol Minier.

L’avion-ambulance du gouvernement se rend à Alma environ une fois à tous les 15 jours et il est même arrivé deux fois dans la même semaine.

« Jamais un vol n’a été annulé et au pire, si les conditions sont vraiment mauvaises, on peut envoyer l’appareil de type DASH-8 qui n’a besoin que de 3500 pieds de piste. Ce transport aérien ambulancier, ça nous tient à cœur et on fait tout pour s’assurer que le service sera efficace ici », de conclure Nicol Minier.

Une piste agrandie et refaite à neuf

La piste de l’aéroport d’Alma dispose d’une longueur de 5000 pieds et a fait l’objet d’investissements majeurs ces dernières années.

Rappelons d’abord qu’en 2007, le ministre Jean-Pierre Blackburn qui était alors titulaire du Travail et de Développement économique du Canada, pour les régions du Québec, avait consenti une aide de quelque 2 250 000 $, ce qui avait permis de prolonger la piste de 4300 pieds à 5000 pieds, permettant d’accueillir plus facilement, par exemple, l’avion-ambulance du gouvernement du Québec.

Le 17 septembre 2007, ce fut le début des travaux pour le prolongement de la piste d’atterrissage, travaux étalés sur une période de deux mois. On avait alors procédé à la construction de la structure de piste avec réajustement du drainage et recouvrement de béton bitumineux; relocalisé la clôture, les approches O.D.A.L. et les lumières de seuil de piste; prolongé les feux de piste et déplacé le LOC – DME; effacé total le lignage de la piste et refait un lignage neuf de la piste sur les 5000 pieds.

Et en 2009, Jean-Pierre Blackburn annonçait également une première tranche de financement dans le cadre du Programme d’aide aux immobilisations aéroportuaires du gouvernement du Canada pour 2009-2010.

Ainsi, l’aéroport d’Alma a reçu une aide de 1 404 550 $ pour la réfection de la piste et 249 801 $ pour la construction d’un entrepôt pour le sable avec sa route d’accès vers la piste.

Partager cet article