Je m’engageme à ne pas texter au volant !

Je m’engageme à ne pas texter au volant !

SIGNATURE. Depuis ce matin, dans les écoles secondaires du territoire et à l’Hôtel de Ville d’Alma pour les employés municipaux, les gens peuvent signer un engagement formel comme quoi ils ne texteront pas au volant ou poser d’autres gestes « distrayants » affectant leur attention en conduisant.

Cette activité locale se déroule dans le cadre de la campagne de sensibilisation« Textes-tue » et a été initiée par la Société de l’assurance automobile du Québec en collaboration avec la Sûreté du Québec et le Service de la prévention des incendies

Les trois organisations posent en effet des actions communes cette semaine à travers le territoire pour sensibiliser la population aux dangers de texter au volant.

En 2014, l’utilisation du cellulaire au volant a représenté l’une des principales causes de collisions sur l’ensemble du territoire québécois. Que ce soit pour parler ou pour envoyer des textos, cette action réduit considérablement l’attention et la concentration du conducteur, en plus d’augmenter les risques de commettre d’autres infractions au Code de la sécurité routière (CSR). Par exemple, la composition d’un texto au volant peut augmenter jusqu’à 23 fois le risque de provoquer une collision.

Cette activité s’inscrit notamment dans le cadre de l’opération nationale concertée en sécurité routière, qui se déroulera jusqu’au 29 mars.

Sur les routes, l’opération ciblera les distractions au volant, particulièrement l’utilisation du téléphone cellulaire.

Rappelons qu’en vertu de l’article 439.1 du CSR, le seul fait de tenir en main un appareil ayant une fonction téléphonique, tout en conduisant, constitue une infraction. Tout conducteur qui commet cette infraction s’expose à une amende de 120 $ et à 3 points d’inaptitude.

Afin d’assurer la sécurité des usagers de la route, notons que plusieurs solutions de rechange s’offrent aux conducteurs. Utiliser l’application mobile Mode conduite, éteindre son téléphone cellulaire lors de ses déplacements, demander à un passager de prendre ses appels et ses textos et s’immobiliser dans un endroit sécuritaire et autorisé en sont des exemples.

Partager cet article