Jean Paradis fait le grand saut en politique

Jean Paradis fait le grand saut en politique

Le 3 novembre 1968, Maurice Paradis, père, était élu maire de Ville d’Alma. Le 3 novembre prochain, 45 ans plus tard, jour pour jour, Jean Paradis, fils de Maurice, pourrait tourner une grande page de l’histoire de la Cité de l’Hospitalité en étant choisi maire. C’est maintenant officiel, Jean Paradis a confirmé ce mardi matin sa candidature à la mairie d’Alma. Il fera la lutte au maire sortant Marc Asselin qui sollicite un renouvellement de mandat. « Je ne me présente pas contre Marc Asselin, mais pour Ville d’Alma », a-t-il lancé solennellement.

Maurice Paradis avait été élu au sein du Conseil municipal d’Alma comme conseiller, le 8 novembre 1965. Il a assuré l’intérim lors de la démission du maire J. Léonce Desmeules, le 2 juillet 1968. À l’élection du 3 novembre 1968, il accède au poste de maire de la Ville d’Alma. Il sera réélu le 7 novembre 1971 et occupera ce poste jusqu’au moment de sa démission, le 1er mai 1975.

C’est donc en présence de plusieurs partisans et les principaux membres de son équipe électorale que Jean Paradis a confirmé qu’il a pris la décision de se lancer dans la course à la mairie d’Alma.

« Je me lance dans cette course avec la conviction d’avoir l’expertise et les qualités de leader nécessaires pour donner à notre ville une nouvelle impulsion plus dynamique, plus ambitieuse. J’entends, pour ce faire, en collaboration avec les membres du conseil, établir des liens étroits avec les intervenants des divers secteurs d’activité d’Alma. Cette pratique a antérieurement permis de grandes réalisations chez nous. Je suis d’avis que l’un des principaux rôles d’un maire est d’unir toutes les forces de son milieu afin que tous travaillent ensemble à son développement. C’est donc dans l’optique de nous donner une vision audacieuse et inclusive de notre développement que j’aspire à la mairie d’Alma, approche qui nous permettra de redevenir un leader majeur au Lac-Saint-Jean et dans toute la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean » a expliqué Jean Paradis tout en soulignant que sa décision de briguer la mairie est le fruit d’une mûre réflexion.

 

Et de poursuivre le candidat: « J’ai réalisé au cours des derniers mois une vaste consultation auprès de bon nombre de citoyennes et citoyens d’Alma, incluant plusieurs dirigeants d’entreprises et d’organismes du milieu. Cet exercice visait à m’enquérir de leur perception de la gestion politique actuelle de Ville d’Alma et de vérifier leur niveau d’appui à ma candidature éventuelle à la mairie. Cette démarche a été fort enrichissante. »

Jean Paradis souligne qu’elle lui a permis, d’une part, de sentir chez les gens rencontrés un réel désir de changement et, d’autre part, de recevoir une adhésion très positive pour les idées qu’il entend soumettre à la population au cours de la campagne.

« Cet accueil chaleureux que j’ai reçu à ce jour a largement pesé dans ma décision. Il me tarde de continuer cette grande tournée dans tous les quartiers de la ville et de rencontrer le plus de citoyennes et citoyens possible au cours des prochaines semaines. Je me lance dans cette course avec optimisme, enthousiasme et détermination », ajoute Jean Paradis.

États de service

En plus d’être issue d’une famille très impliquée (son frère André est maire de St-Henri-de-Taillon, préfet de la MRC et président de la CRÉ et Daniel président du syndicat chez Résolu Alma), Jean Paradis a une longue feuille de route à son actif.

Titulaire d’un baccalauréat en informatique, il a amorcé sa carrière dans le secteur privé au service de la Fédération des Caisses d’entraide économique qui l’a recruté pour mettre sur pied son département d’informatique. Il y a travaillé de 1976 à 1979. Il a par la suite opté pour le domaine de l’enseignement d’abord au Cégep de Jonquière comme enseignant en informatique de 1980 à 1986 puis au Collège d’Alma où il a occupé la même fonction de 1986 à 2003. Il a ensuite accédé à la direction générale de cette institution en 2004, poste qu’il a occupé jusqu’en 2011, année de sa retraite.

Jean Paradis a également acquis une solide notoriété dans notre milieu par son implication au sein de différents organismes socioéconomiques, communautaires et environnementaux, entre autres. Il a notamment fondé l’organisme spécialisé en efficacité énergétique Négawatts Production en 1996 et il y occupe depuis lors le poste de président du conseil d’administration. Le succès de cette entreprise a permis à Jean Paradis d’accéder à un siège au conseil d’administration de l’Agence d’efficacité énergétique du Québec. Il a également siégé à titre de président d’Équipe Alma-Lac-Saint-Jean, de 2008 à 2011, organisme de concertation des principaux acteurs du développement socioéconomique et institutionnel du territoire de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est visant la mise en commun des diverses expertises et ressources du milieu pour entreprendre de façon efficace des actions aptes à optimiser le développement du milieu.

Retraité actif, Jean Paradis siège toujours au conseil d’administration de cet organisme. Il occupe en plus depuis 2012 le poste de président du conseil d’administration du Centre de santé et services sociaux (CSSS) de Lac-Saint-Jean-Est.

Jean Paradis livrera sa plate-forme électorale sur les principaux enjeux au cours des prochaines semaines. Il invite aussi les citoyennes et citoyens d’Alma à visiter son site Web www.jeanparadis.ca disponible aussi sur téléphone mobile. Il y présentera au fil de la campagne les principaux éléments de sa plate-forme électorale et diverses autres informations afférentes.

Partager cet article