Journée de commémoration nationale à la mémoire des victimes de la COVID-19

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Journée de commémoration nationale à la mémoire des victimes de la COVID-19
Le maire d'Alma, Marc Asselin, et le député fédéral Alexis Brunelle-Duceppe, étaient présents pour la commémoration des victimes de la COVID-19. (Photo : Trium Médias - Yohann Harvey Simard)

Le maire d’Alma, Marc Asselin, et le député fédéral Alexis Brunelle-Duceppe, ont prononcé un discours devant l’hôtel de ville d’Alma, ce midi, en cette première Journée de commémoration nationale à la mémoire des victimes de la COVID-19.

« Comme vous pouvez le voir, la nature pleure aussi les gens qui nous ont quittés en raison de cette pandémie. Il y a en un an aujourd’hui, notre quotidien basculait. Notre belle grande région et le monde entier d’apprêtait à traverser une pandémie sans précédent. Cette pandémie a complétement changé nos vies. Tous autant que nous sommes avons dû faire preuve de résilience, s’adapter et changer nos habitudes. Force est d’admettre que ça n’a été facile pour personne », fait valoir Marc Asselin, qui  se dit d’ailleurs très fier des efforts qui ont été déployés par les almatois durant cette crise.

« À la mémoire des victimes de la COVID-19, je tiens à exprimer ma profonde solidarité à l’égard des victimes et de leur famille. Je tiens aussi à souligner le travail exceptionnel des travailleurs et travailleuses essentiels, qui sont toujours sur la ligne de front pour combattre le virus au risque de leur propre santé. Le souvenir de ceux et celles qui sont aujourd’hui partis restera à jamais dans nos mémoires », souligne pour sa part Alexis Brunelle-Duceppe.

La cérémonie s’est conclue par une minute de silence, suivie du retentissement des cloches de l’église Saint-Joseph.

Rappelons que depuis le début de la pandémie, la COVID-19 a emporté la vie de 264 personnes et affecté celle de 8 589 autres au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partager cet article