Jugement de la prière: Mgr Rivest très déçu

Jugement de la prière: Mgr Rivest très déçu

TRIBUNAL. L’évêque du diocèse de Chicoutimi, Mgr André Rivest, se dit très déçu du jugement de la Cour suprême, qui interdit la récitation de la prière, lors des conseils municipaux à Saguenay.

Mrg Rivest qualifie la décision du Tribunal de trop radicale.

«Je suis très déçu du dénouement de cette saga. Avec ce jugement, on balaie tous les aspects religieux, et ce, sans nuances».

«Le combat du maire, c’est le combat d’une grande partie de notre population. Bon nombre d’entre nous sont chrétiens et dorénavant, nos croyances ne seront plus respectées».

Selon ce dernier, plusieurs alternatives auraient pu être envisagées, notamment, la récitation de la prière, quelques minutes avant la séance du conseil.

«On a des droits individuels, mais aussi, des droits collectifs. C’est désolant de constater que l’on ne tient pas compte des droits collectifs dans un débat comme celui-là. »

Un coup monté?

L’évêque du diocèse de Chicoutimi estime que cette histoire a pris beaucoup trop d’ampleur et que le dossier aurait dû être clos depuis longtemps.

«Le Mouvement laïque québécois milite, depuis des années, pour faire disparaître la religion de notre société. Ce combat a été conçu pour faire piquer du nez le maire. Pour que, en tant que personnalité publique, ce dernier perde la face devant les citoyens», a conclu Mgr Rivest.

À lire également:

Décision de la Cour suprême

L’ERD se réjouit du jugement sur la prière

Normand Bernier satisfait du jugement sur la prière, mais…

L’Assemblée nationale, la prochaine cible du MLQ

Partager cet article