La firme Tremblay Laliberté décroche un contrat de 1,4 M $ dans les Laurentides

La firme d’arpenteur géomètre Tremblay Laliberté d’Alma vient de réaliser un coup d’éclat en remportant l’appel d’offres pour la réalisation de trois mandats majeurs en relation avec la réforme cadastrale du Québec. Ce contrat d’une valeur de quelque 1,4 million $ sera réalisé dans les Laurentides et comporte la mise à jour du cadastre de quelque 5000 unités foncières.

Depuis 10 ans, la petite firme almatoise a développé une solide expertise dans le domaine. Elle a fait l’acquisition de matériel, de logiciels, maintenu à jour la formation de son personnel et développé une solide relation avec le ministère des Ressources naturelles et de la Forêt, responsable de cette réforme.

« C’était un appel d’offre basé sur la qualité de l’entreprise et de l’expertise et on l’a remporté au détriments de grandes firmes. Pour nous, ça vient consolider quatre emplois ici, c’est de l’argent que l’on ramène dans notre région et ça assure du travail pour au moins quatre ans », soulignent avec emphase Louis-Alain Tremblay, arpenteur géomètre et son associé Jean-Sébastien Harvey, arpenteur géomètre A.T.C..

C’est en 1992 que le gouvernement du Québec a confié au ministère des Ressources naturelles et de la Faune le mandat de mettre en œuvre le Programme de réforme du cadastre québécois. L’objectif poursuivi : actualiser le cadastre du Québec en représentant fidèlement sur un plan informatisé les quelque 3,5 millions de propriétés privées dénombrées sur le territoire.

Triple mandat

Dans la région, c’est en 1999 que l’on a amorcé cette réforme cadastrale et la firme Tremblay Laliberté a déjà réalisé de nombreux mandats à Saguenay et ici au Lac-St-Jean en rapport avec ce changement.

Pour résumer un peu la démarche, on passe d’un système cadastral sur papier à un système informatisé avec une banque d’information à référence spatiale.

On profite de l’occasion pour réviser l’ensemble des titres fonciers sur chaque propriété dans le cadre d’une vaste mise à jour de tout le système québécois.

Le contrat décroché par la firme est divisé en trois mandats et sera réalisé sur une surface de 850 kilomètres carrés présentant quelque 5000 unités foncières, à l’Ouest du Mont Tremblant. Ce secteur comporte notamment trois villes majeures, soit Amherst, Lac des Plages et Duhamel.

Chacun des trois mandats demandera notamment quelque cinq mois de travail sur le terrain pour le captage avec les appareils GPS. Suivra ensuite tout le travail de recherche et d’analyse pour fixer les titres de propriété de chaque unité foncière.

« Ce territoire ressemble beaucoup à la région avec des lacs, des cours d’eau, des zones inondables, des bandes riveraines, des secteurs forestiers et urbains. On a développé ici une expertise particulière sur ce type de terrain pour réaliser la réforme cadastrale et on va exporter notre expertise là-bas », précise Jean-Sébastien Harvey.

La petite firme est d’autant plus enthousiaste de décrocher ce contrat que dans le même territoire, il reste encore de nombreux secteurs dont on doit réaliser la réforme cadastrale, ce qui représente d’autres contrats potentiels de quelque 12 millions $.

Le milieu de l’arpentage et de la géométrie est partagé par de nombreuses firmes au Québec, dont d’importants consortiums.

Pour Louis-Alain Tremblay, il se réjouit de l’octroie de ce contrat à une firme régionale : « On se fait souvent arracher l’ouvrage en-dessous des pieds par des grandes firmes de Montréal. Là, c’est à notre tour. »

La maîtrise de toutes les étapes du processus et la proximité entre le donneur d’ouvrage et le chargé de projet et l’expert foncier sont les éléments qui ont fait pencher le MRNF en faveur de la firme almatoise.

Partager cet article