La mairesse Dolorèse Boily demande la tutelle de la municipalité

La mairesse Dolorèse Boily demande la tutelle de la municipalité
La mairesse de Ste-Monique

TENSION. Découlant directement du climat de tension qui règne autour de la table du conseil municipal de Ste-Monique depuis l’élection de novembre 2013, la mairesse de l’endroit, Dolorèse Boily, a finalement demandé officiellement au ministère des Affaires municipales à ce que sa municipalité soit mise en tutelle.

Cette requête de la mairesse n’est pas sans rappeler une histoire semblable et récente dans la municipalité voisine, Lamarche, où il aura fallu une tutelle et une enquête des Affaires municipales pour ramener le calme au sein de la municipalité et du conseil municipal.

Cette nouvelle demande de tutelle à Ste-Monique s’ajoute à une situation qui perdure depuis 2013 alors qu’autour de la table du conseil, une vive opposition s’exerce contre la mairesse de la part de certains conseillers. Également, la mairesse Boily a eu maille à partir avec le secrétaire-trésorier de la municipalité, Jean-Claude Duchesne.Au printemps dernier, des accusations conjointes ont été portées et finalement abandonnées de part et d’autres.

Notamment, en avril dernier, après plusieurs séances houleuses, des représentants du ministère des Affaires municipales avaient rencontré les membres du conseil et la mairesse afin de leur rappeler leurs pouvoirs, leurs droits et leurs obligations à titre d’élus.

Cette rencontre ne semble pas avoir donné grand résultat, car dès le mois de mai, dans un bulletin municipal, des membres du conseil critiquaient directement la mairesse Boily et son style autoritaire de gestion, allant même jusqu’à demander sa démission. Ce dossier devrait d’ailleurs faire l’objet de poursuites de la part de Dolorèse Boily envers les quatre conseillers concernés.

À ces tensions internes s’ajoute tout le dossier du projet de patinoire couverte qui suscite la controverse au sein de la municipalité depuis deux ans.

Dimanche dernier, lors du référendum sur la question, le dossier a cependant été tranché alors que dans une proportion de 64 %, la population a voté en faveur du projet de quelque 1,1 million $ visant à doter d’une toiture en bois la patinoire locale.

Signe que le dossier divise la population, le taux de participation à ce référendum a été de plus de 72 % alors que 336 contribuables ont voté pour alors que 187 se sont prononcés contre.

Pour Dolorèse Boily, il s’agit d’une autre défaite face à son conseil alors que cinq des six membres étaient en faveur du projet et ont forcé la tenue de ce référendum.

Cette dernière va respecter la décision de sa population. mais elle continue à estimer qu’il y a des projets beaucoup plus importants, notamment la question des eaux usées alors que Ste-Monique est l’une des dernières municipalités autour du lac Saint-Jean à déverser directement ses eaux usées dans la nature.

Partager cet article