La modernisation du Centre Mario-Tremblay coûtera 23,6 M $

La modernisation du Centre Mario-Tremblay coûtera 23,6 M $

EXCLUSIF. Au cours du présent été, on réalise au coût de quelque 6,3 M $ la troisième et dernière phase de modernisation du Centre Mario Tremblay. À l’issue de ce projet, il en aura coûté exactement 23,6 Millions $ à Ville d’Alma en investissements. C’est un peu plus de 5 millions $ de plus que les prévisions de 2008.

De cette somme, les contribuables d’Alma en paient une large part, soit 300 000 $ comptant et 15,6 M $ sous forme d’emprunt à long terme.

Suite à une demande d’accès à l’information formulée par Journal Le Lac-St-Jean, le service de la Trésorerie de Ville d’Alma a réalisé cette étude pointue qui détermine avec précision les coûts engagés dans ce projet depuis 2008 et la provenance des sommes ainsi investies.

Les membres du conseil municipal en ont pris connaissance et le maire Marc Asselin en a livré en exclusivité le contenu au Journal le Lac-St-Jean.

« Lorsque l’on va couper le ruban à l’automne, on aura fait un investissement total de 23,6 millions $. Il faut se souvenir que tout a commencé du temps du maire Gérald Scullion. En 2008, nous avions fait une première ébauche avec une estimation qui tournait autour de 18,5 M $. Par la suite, on a fait travailler les plans et devis et on est allé en soumission. Ces plans et devis ont coûté quelque 2,3 M $ au total », explique le maire.

En cours du projet, il a été décidé d’ajouter un bassin supplémentaire à la piscine. « C’était une demande qui était faite par l’ensemble des familles qui voulaient une piscine plus sécuritaire pour les jeunes familles avec les jeunes enfants », résume d’un trait le maire Marc Asselin.

Financement

En 2011, le conseil municipal dirigé par Marc Asselin, décidait d’aller de l’avant avec un premier emprunt de 11 281 170 $ pour amorcer la Phase I. A suivi un second règlement de quelque 890 000 $ pour financer les extras des frais professionnels et un dernier projet de règlement de 10 714 250 $ pour les Phases II et III.

Naturellement, sur réception des aides gouvernementales, ces sommes sont automatiquement appliquées sur le remboursement de ces règlements d’emprunt. La proportion de la dette de la Ville est demeurée similaire puisque le projet du CMT a concordé avec la fin du remboursement d’autres règlements d’emprunt.

Inflation

Donc, toujours selon le maire: « Selon l’estimé de nos professionnels, le projet de départ en 2008 versus l’arrivée aujourd’hui, en 2015, fait une moyenne d’à peu près 10 % d’augmentation des coûts de la construction, ce qui est relatif à ce que le marché dicte avec ce qui s’est fait un peu partout. On a réussi à maintenir un contrôle de l’inflation et sur le chantier comme tel, Jocelyn Tremblay, directeur du service des Loisirs et son équipe, ont fait un excellent suivi.

« On avait donné des directives très sévères pour faire comprendre aux compagnies qui obtenaient les contrats que l’on s’attendait à ce qu’ils rentrent dans les chiffres qu’ils nous avaient donnés », de conclure avec satisfaction Marc Asselin.

À LIRE ÉGALEMENT

La phase III coûtera 6,6 M$

Partager cet article