La nouvelle urgence: l'échéancier respecté à la lettre

La nouvelle urgence: l'échéancier respecté à la lettre

PHASE II. Vendredi dernier, pour les vacances, les employés de la construction ont déserté le chantier de la nouvelle urgence au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay—Lac-Saint-Jean, Hôpital d’Alma. Après un an de travaux, l’échéancier est respecté à la lettre. L’enveloppe du bâtiment principal est presque complète et au retour des vacances, on amorcera le dernier droit, soit l’habillage interne et la mise en place de tous les équipements pour une livraison finale pour le 15 janvier prochain.

Lors d’une visite du chantier vendredi dernier, en compagnie de Nicolas Néron, cadre intermédiaire du service des installations matérielles par intérim, il a été possible de visionner sur place à quoi ressemblera la partie la plus visible de cet important projet de quelque 38,6 M $ amorcé en 2012 avec la construction du nouveau stationnement à étage.

Juste rappeler que le 4 août 2014, l’entrepreneur au projet, la firme Pomerleau qui a obtenu le contrat au coût de quelque 20 M $, effectuait la délimitation du site, le creusage et le dynamitage du futur emplacement, la réfection de l’entrée électrique principale, la relocalisation de l’entrée de l’urgence pour ensuite amorcer la construction du bâtiment en tant que tel.

Avancement

« Le pourcentage d’avancement des travaux, c’est difficile à dire. On voit présentement tout l’ampleur du bâtiment, mais il reste toute la finition intérieure à faire avec tous les corps de métier qui entrent en ligne de compte, pour la structure de l’enveloppe, mais aussi la plomberie, la mécanique, l’électricité et autres. On n’a aucun retard sur le projet par rapport aux délais fixés que l’on avait donné à l’entrepreneur. Par rapport à la température, cela a quand même été un défi car on n’a pas eu les températures clémentes pour qu’il (l’entrepreneur) puisse avancer comme il voulait par rapport à l’enveloppe, mais on est encore dans les délais prescrits alors que l’échéancier est le 15 janvier prochain », souligne Nicolas Néron.

La pluie et le froid de ce printemps ont quelque peu modifié l’échéancier au niveau de la toiture notamment, mais l’entrepreneur en profitait pour avancer les travaux dans d’autres parties du bâtiment au niveau de l’habillement.

On a pu s’avancer au niveau mécanique, électrique et architectural en mettant notamment l’emphase pour aménager la partie de l’urgence qui occupera tout le rez-de-chaussée, soit une superficie 2 ½ fois plus grande que présentement.

Le nouveau bâtiment sur deux étages — le rez-de-chaussée pour la nouvelle urgence et le premier étage pour la Clinique externe — occupe au complet l’ancien stationnement adjacent à l’urgence.

Planification

Les six prochains mois seront cruciaux dans le respect de l’échéancier de 15 mois alloué à l’entrepreneur.

Tout l’aménagement doit être complété pour le 15 janvier prochain.

Du côté de l’hôpital, on planifie déjà le futur déménagement qui s’étalera sur 40 jours où l’on doit synchroniser l’ensemble des éléments pour assurer le maintien du service à la population et que les usagers subissent le moins d’inconvénients possibles.

Quand l’urgence et la clinique externe aura déménagé dans ces nouveaux locaux, pendant les 15 autres mois, on va réaménager les anciens locaux pour y loger notamment la clinique externe et l’orthopédie.

L’urgence disposera alors de 2,5 fois plus d’espaces et trois fois plus pour la clinique externe.

À lire également: La nouvelle urgence sort de terre

Partager cet article