La piste France Gagné se refait une beauté

La piste France Gagné se refait une beauté
Annie Boulianne et les élèves du comité environnement de l'école secondaire Jean-Gauthier coupe le ruban symbolique du Parc de 150e

ENVIRONNEMENT. Grâce à l’initiative du comité d’environnement de l’école secondaire Jean-Gauthier et des enseignants Annie Boulianne et Pierre-Luc Maltais, le site de la piste France Gagné a été restauré pour devenir le Parc du 150e anniversaire d’Alma

«Nous croyons que ce projet permettra de sensibiliser les gens de notre communauté à l’importance de protéger nos espaces verts, et d’avoir une conscience écologique dans une perspective de développement durable. La plantation d’arbres contribuera à réduire les gaz à effet de serre, en plus d’embellir l’environnement de notre école», souligne le directeur de l’école secondaire Jean-Gauthier, Jean-François Tadros.

Le Parc du 150e a vu le jour grâce à l’appui de partenaires financiers majeurs tels que le gouvernement du Canada par le biais de son programme Canada 150 arbres Canada, les Jardins Scullion, la Fondation Monique-Fitz-Back, et l’entreprise Claveau Excavation.

La direction de l’école Jean-Gauthier souhaite que le Parc du 150e devienne un lieu agréable de rencontre, de ressourcement et de divertissement. Ainsi, deux terrains de volleyball ont été aménagés, et la piste d’athlétisme France Gagné, laissée à l’abandon depuis quelques années, sera restaurée et éventuellement asphaltée dans la deuxième phase du projet.

Le projet en est un collectif. Le plan d’aménagement, l’expertise, la main d’œuvre et les arbres ont été gracieusement offerts par la Pépinière Scullion. Le compost pour engraisser la terre est produit et géré par les élèves dans le cadre d’un vaste projet pour réduire les déchets. La terre a été en partie offerte par Claveau Excavation, qui a également contribué au réaménagement des terrains de volleyball de plage. Pour sa part, les Jardins Mistouk ont offert leur soutien aux élèves du comité d’environnement pour l’arrosage estival.

La plantation de sept espèces d’arbres d’essences indigènes de même que deux variétés d’arbustes a été effectuée par la Pépinière Scullion, et le propriétaire, Brian Scullion, a profité de l’occasion pour donner une formation aux élèves , membres du comité d’environnement.

Aménagement

On retrouve dans l’aménagement du Parc du 150e un érable, emblème du Canada, un bouleau jaune, l’arbre officiel du Québec ainsi qu’un pin blanc, arbre symbolique des Premières nations de la province de Québec. Les espèces plantées devaient convenir aux conditions particulières de l’emplacement de la plantation comme la qualité du sol, l’ensoleillement et l’exposition au vent.

«À proximité de la route, nous avons travaillé avec des arbres-brise-vent. Les cèdres vont jouer un double rôle, soit d’écran visuel et d’insonorisation. Des ormes résistants à la maladie hollandaise ont été plantés. Un sentier a été imaginé dans le projet, et cet endroit sera agrémenté par des bancs. Le saule argenté sera également à l’honneur dans le Parc du 150e, de même que des chênes, des tilleuls, des mélèzes indigènes et un pin blanc qui devrait atteindre quelque 150 pieds. Quand on réalise un concept comme celui-là, on a toujours l’impression de dire au monde, attendez dans dix ans ou dans quinze ans. Mais, si on ne le fait pas jamais, on ne le verra jamais», de souligner Brian Scullion.

Marc Boilard de Canada 150 d’Arbres Canada a tenu à souligner l’importance de l’organisme qui, depuis 1992, a planté quelque 80 millions d’arbres. «Les arbres ont de nombreux avantages pour une communauté. Ils filtrent l’air, l’eau, fournissent de l’ombre pendant les chaudes journées, un habitat pour la faune et augment même la valeur des propriétés. Cette année, Arbres Canada a reçu l’aval du gouvernement du Canada pour la réalisation de 150 projets à travers le Canada.»

La première phase du projet du Parc du 150e de l’école secondaire Jean-Gauthier a nécessité un investissement de quelque 18 669 $. «Le projet s’est réalisé en respectant le modèle type du développement durable, soit celui de maintenir l’intégrité de l’environnement, assurer l’équité sociale et viser l’efficience économique. Les élèves ainsi que l’équipe-école peuvent être fiers de leur projet innovateur. Le Parc du 150e de l’école Jean-Gauthier profitera à l’ensemble des élèves, mais également à l’ensemble de la population», de conclure le directeur de l’école secondaire Jean-Gauthier, Jean-François Tadros.

Partager cet article