La région souhaite conserver une instance de concertation

La région souhaite conserver une instance de concertation
André Paradis

CONCERTATION. Réunis en conseil d’administration ce jeudi, les membres de la Conférence régionale des élus du Saguenay½Lac-Saint-Jean (CRÉ) ont clairement signifié leur intention de conserver une instance de concertation.

À cet effet, ils ont pris position face à l’intention annoncée du gouvernement du Québec d’abolir leur lieu de concertation régionale.

Ils ont donc formellement adopté une résolution allant dans ce sens:

« Sur proposition dûment appuyée, il est résolu de signifier au ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et au ministre régional, l’importance de confirmer le maintien d’une instance régionale de concertation, de planification et de coordination pour agir, notamment comme interface avec le gouvernement du Québec pour la régionalisation de ses interventions. D’accorder à cette instance régionale les leviers nécessaires pour lui permettre de remplir sa mission adéquatement et appuyer la mise en oeuvre de priorités régionales. »

La résolution adoptée est donc très claire sur l’importance de confirmer le maintien d’une instance régionale de concertation, de planification et de coordination pour agir, notamment, comme interface avec le gouvernement du Québec pour la régionalisation de ses interventions.

Rappelons que la CRÉ est l’instance régionale de concertation et de planification et est reconnue, par le gouvernement du Québec, comme étant l’interlocutrice privilégiée pour toute question touchant le développement du Saguenay—Lac-Saint-Jean. La CRÉ a la mission de promouvoir et de supporter le développement régional dans tous les secteurs d’activité et de favoriser la concertation entre les intervenants socio-économiques du milieu.

Résolution

L’intégralité de la résolution comportant 13 attendus se trouve sur le site internet de la CRÉ au www.creslsj.ca et se lit comme suit:

PROPOSITION POUR LE MAINTIEN D’UNE INSTANCE RÉGIONALE DE CONCERTATION

Adoptée par le conseil d’administration de la CRÉ lors de sa séance du 13 novembre 2014

— ATTENDU que la Conférence régionale des élu(e)s du Saguenay–Lac-Saint-Jean est reconnue depuis 2004 par l’Assemblée nationale du Québec comme l’interlocutrice privilégiée du gouvernement du Québec pour tout ce qui concerne le développement régional du Saguenay–Lac-Saint-Jean;

— ATTENDU que cette instance régionale a contribué au développement économique, social, culturel, communautaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, par la concertation, la planification et la coordination afin de favoriser l’épanouissement des personnes et des collectivités ainsi que la mise en valeur du potentiel de la région;

— ATTENDU que les instances municipales et acteurs socioéconomiques contribuent à la planification et à la concertation coordonnée par la CRÉ afin d’établir des consensus pour un développement cohérent du Saguenay–Lac-Saint-Jean;

— ATTENDU que le Fonds de développement régional (FDR) constitue un outil financier essentiel à la concertation et au soutien de projets structurants et à la conclusion d’ententes spécifiques de régionalisation, en partenariat avec le gouvernement du Québec;

— ATTENDU que le FDR a un effet de levier significatif pour la réalisation des projets et est un outil permettant de moduler ou d’adapter l’application de programmes ou politiques gouvernementales aux réalités de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean ;

— ATTENDU que les régions ont besoin d’un interlocuteur crédible, capable de fournir au gouvernement du Québec des avis sur les besoins, les problématiques, les priorités et les particularités du Saguenay–Lac-Saint-Jean;

— ATTENDU que la région peut convenir de partenariat et conclure des ententes avec les ministères et organismes gouvernementaux pour ainsi assurer que certains programmes ou services de l’État soient dispensés à la population avec efficacité et qu’ils prennent en compte les réalités régionales;

— ATTENDU l’importance d’une instance régionale regroupant à la fois des élus, maires, préfets et conseillers municipaux, et des représentants socioéconomiques élus par les pairs;

— ATTENDU que la concertation contribue à l’élaboration de partenariat en région et que le regroupement des forces sera une avenue à privilégier dans un contexte de rationalisation des ressources financières publiques;

— ATTENDU les avancées réalisées au cours des dernières années sur tous les plans au Saguenay–Lac-Saint-Jean grâce à la concertation régionale;

— ATTENDU qu’une abolition d’une structure régionale de concertation entraînerait un recul au plan du développement social et économique du Saguenay–Lac-Saint-Jean;

— ATTENDU que la région peut constituer un partenaire dans les efforts d’optimisation recherchés par le gouvernement du Québec et qu’elle souhaite poursuivre ses efforts afin d’accroître son efficacité et réduire ses coûts de gestion déjà relativement peu élevé;

— ATTENDU que la CRÉ du Saguenay–Lac-Saint-Jean accueille à sa table la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh pour discuter d’enjeux communs et de développement régional, et qu’il est impératif de préserver cette relation privilégiée avec Pekuakamiulnuatsh Takuhikan.—F.P.

Partager cet article