L'alcool au volant: Assez, c'est assez!

L'alcool au volant: Assez, c'est assez!

CHANGEMENTS. Une pétition contre l’alcool au volant et pour la modification du Code de la sécurité routière a été lancée, mardi matin, à Saint-Honoré. C’est à la suite du décès de la famille Perron-Viger, happée par Yves Martin, le 1er août dernier, que Caroline Tremblay et Luc Simard ont décidé de faire changer les choses.

Ces derniers ont perdu leur fille Joanie, il y a un peu plus de deux ans, dans un accident causé par un récidiviste de l’alcool au volant.

«Mon conjoint m’avait promis, quand on a fermé le cercueil de Joanie, qu’il allait faire tout ce qui était en son pouvoir pour faire changer la loi. Quand c’est arrivé à mes amis d’enfance (famille Perron-Viger), ça nous a donné un coup et on s’est dit, c’est maintenant», explique Mme Tremblay.

Les demandes

La pétition demande au gouvernement du Québec de modifier le Code de la sécurité routière du Québec en le rendant plus sévère à l’égard des contrevenants de l’alcool au volant, qu’ils soient récidivistes ou à leur première infraction.

Le couple souhaite, entre autres, qu’en cas de récidive, un éthylomètre soit installé à vie dans le véhicule du contrevenant, que le montant des amendes soit considérablement augmenté et qu’il soit impossible de procéder à l’immatriculation d’un véhicule sans permis de conduire.

«La pétition se retrouve en ligne, sur le site internet de l’Assemblée nationale. Nous ferons aussi circuler notre pétition en version papier dans le plus d’endroits publics possible», mentionne Mme Tremblay.

L’objectif est de dépasser le million de signatures, avant le 25 novembre, après quoi, la pétition sera déposée à l’Assemblée nationale par le député Serges Simard

Beaucoup d’émotions

La famille Perron-Viger était présente lors du lancement de la pétition et l’émotion était palpable.

Les membres de la famille tenaient à donner leur appui, afin que personne n’ait à vivre la douleur qu’ils endurent depuis le décès de Mathieu Perron, Vanessa Viger et du petit Patrick.

Danielle Tremblay, mère de Mathieu Perron, a adressé quelques mots aux médias pour la première fois, à propos d’Yves Martin, duquel elle ne voulait même pas prononcer le nom.

«S’il va en prison, je ne veux pas qu’il meure ou qu’il se suicide. Tout ce que je veux de cet homme, c’est qu’il regarde mes enfants tous les jours, qu’il se dise qu’il a tué quatre personnes et qu’il souffre, autant que nous on souffre présentement».

Partager cet article