L’Alliance des intervenantes en milieu familial en grève le 10 septembre

Photo de Julien B. Gauthier
Par Julien B. Gauthier
L’Alliance des intervenantes en milieu familial en grève le 10 septembre
L'ADIM lors d'une manifestation devant le bureau du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe. (Photo : Courtoisie)

L’Alliance des intervenantes en milieu familial (ADIM) du Saguenay-Lac-Saint-Jean entamera une journée de grève le 10 septembre prochain. L’organisation, affiliée à Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) dénonce l’impasse qui perdure à la table de négociation avec le gouvernement provincial.

Elle n’exclut pas une grève générale illimitée qui débutera le 21 septembre si aucune entente n’est conclue.

L’ADIM réclame notamment des hausses de salaire à 16,75$/h. Les Responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE) sont actuellement rémunérées sous le salaire minimum. Elles gagnent l’équivalent de 12,42$/h. Pour sa part, la dernière offre du ministère de la Famille proposait de l’augmenter à 12,83$/h, ce qui est nettement insuffisant, selon le regroupement syndical.

« Malheureusement, les députés de la CAQ ont fait le choix de prendre les parents en otage. En raison des piètres conditions de travail, ils privent chaque année les parents de la région d’environ 1500 places à 8,35$/jour en raison du manque de main-d’œuvre. Depuis l’arrivée de la CAQ au pouvoir, le nombre de places occupées à contribution réduite a régressé », déplore Julie St-Arnaud, présidente de l’ADIM Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En outre, l’ADIM souhaite davantage de soutien pour les enfants ayant des besoins particuliers et demande l’ajout de journées pédagogiques pour répondre aux nouvelles exigences de l’émission du portrait périodique de l’enfant.

Elle dénonce également l’offre finale, qualifiée de dégradante, « dégradante » déposée par le gouvernement il y a quelques mois afin de régler le litige, rejetée massivement par les RSE. « Au courant de l’été, elles n’ont reçu aucune nouvelle du ministère », déplore l’ADIM Saguenay-Lac-Saint-Jean par voie de communiqué.

Partager cet article