Lancement du skatepark : un retour en force pour la « ville du skate »

Photo de Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Par Julien B. Gauthier - Journaliste de l’Initiative de journalisme local
Lancement du skatepark : un retour en force pour la « ville du skate »
Près de 250 personnes ont participé à l'événement. (Photo : Courtoisie)

Amateurs de skate et citoyens de tous âges étaient réunis samedi après-midi au nouveau skatepark d’Alma, situé dans le secteur de l’Île Sainte-Anne. Il s’agissait du lancement officiel des nouvelles infrastructures.

Le beau temps était au rendez-vous. Près de 250 personnes se sont rendues sur les lieux de l’événement pour observer et essayer les nouvelles rampes, de même que le bassin (pool).

L’événement était organisé par le comité citoyen responsable du skatepark en collaboration avec la Boutique Homies, S3 et le Café du Clocher d’Alma. En Forme-O-Lac effectuait également de l’animation.

Réussite

Selon Samuel Gingras, amateur de skate et copropriétaire du Café du Clocher, l’événement est une réussite sur toute la ligne. « On a eu des gens de tous âges, de 2 à 90 ans, autant d’hommes que de femmes, qui sont venus à l’événement. On a eu un skateux de 58 ans. Ça démontre que le skate fait un retour en force et que ça unit des gens de tous horizons. », lance-t-il.

Ce dernier avoue du même coup que le sport vit un important regain de popularité, tant chez les jeunes que chez les plus âgés. « Le nouveau skatepark ramène une génération qui faisait du skate dans les années 1980-1990 », constate-t-il, ajoutant que malgré ses 33 ans, il est le plus jeune sur le comité citoyen responsable du skatepark.

Infrastructures uniques

Le skatepark d’Alma se distingue notamment en raison de la présence d’un pool, c’est-à-dire, une cuve. Il s’agit du seul skatepark de la région qui en possède une, la plus proche étant à Québec.

Ce caractère unique permet d’attirer des gens de partout au Saguenay–Lac-Saint-Jean, mais aussi de l’extérieur de la région.

« Ces infrastructures, c’est le rêve. Si on avait eu ça il y a 20 ans… C’est solide, ça résiste à l’hiver. C’est un peu notre leg pour les prochaines générations », conclut Samuel Gingras.

Tout porte à croire qu’Alma pourrait bien redevenir la « ville du skate », telle qu’elle l’a déjà été dans les années 2000.

Partager cet article