Laval Boulianne nommé Colonel honoraire au sein de la Force aérienne : Journée mémorable dans la vie de l’homme d’affaires

Denis Hudon
Laval Boulianne nommé Colonel honoraire au sein de la Force aérienne : Journée mémorable dans la vie de l’homme d’affaires
Laval Boulianne porte fièrement son nouvel uniforme à la suite de sa nomination au titre de Colonel honoraire de la Force aérienne de l’Armée canadienne. (Photo : Courtoisie)

L’homme d’affaires Laval Boulianne bien connu au Saguenay-Lac-Saint-Jean, a été nommé récemment au titre de Colonel honoraire et rejoint ainsi la grande famille de la Force aérienne de l’Armée canadienne.

Laval Boulianne entre ainsi dans un club très sélect où l’on compte à peine plus de 70 membres en provenance de l’ensemble du Canada. Il est rattaché à la Division 3 EMA des F-18 de la Base aérienne de Bagotville.

« C’est tout un honneur. J’ai encore de la misère à croire tout ce que je vis. J’ai reçu beaucoup de reconnaissances et d’honneurs au cours de ma vie, mais celui-là est vraiment spécial et unique », lance d’abord le principal intéressé qui a officiellement été intronisé lors d’une grandiose cérémonie protocolaire le 13 mai dernier, à la Base militaire de Bagotville.

Ce titre honorifique est remis à d’anciens officiers de la Force aérienne ou, comme c’est le cas pour Laval Boulianne, à des citoyens canadiens qui se sont distingués ou qui sont des personnalités connues dans une vaste gamme de secteurs.

On sait que Laval Boulianne, en plus de toutes ses occupations professionnelles, continue son engagement dans de nombreuses causes et activités tant sociales, communautaires, sportives que culturelles. On pense ici à ses engagements avec Centraide Sag-Lac, la Fondation Asselin du Cégep de Jonquière, l’hôpital de Chicoutimi, CORAMH, pour n’en nommer que quelques-uns.

L’homme d’affaires almatois a pris la parole après avoir été officiellement intronisé au titre de colonel honoraire.

Fierté démesurée

Bien que le colonel honoraire travaille dans l’ombre, celui-ci établit des liens entre les communautés et les Forces canadiennes. Il est en quelque sorte le gardien des traditions et de l’histoire du régiment. Il fait valoir l’identité et la philosophie de son unité et agit comme conseiller auprès du commandant sur une foule de sujets, à l’exception des opérations.

« Vous ne pouvez imaginer toute la fierté qui m’habite, une fierté démesurée. Et je vais être digne de mes nouvelles fonctions. Porter l’uniforme, c’est capotant. J’ai assisté à une cérémonie incroyable. Je me reconnais dans les valeurs des Forces canadiennes, comme la discipline, la rigueur, l’esprit de corps, la famille, l’entraide », lance Laval Boulianne, encore sous le choc de l’émotion.

« Plus jeune, j’ai fait partie d’un corps de tambours et clairons. La marche militaire, ça vient me chercher. J’aime bien travailler dans des milieux où il y a des règles, des structures bien définies. On sait où on s’en va et c’est de cette façon qu’on obtient les meilleurs résultats ».

Colonel honoraire : Laval Boulianne est passé par toute la gamme des émotions

Au centre, le dernier nominé au titre de colonel honoraire, Laval Boulianne.

Difficile pour Laval Boulianne de mettre les mots justes pour exprimer toute sa fierté et sa gratitude. Une chose est certaine,  l’homme d’affaires almatois a vécu des moments forts qu’il conservera jusqu’à la fin de ses jours.

J’ai vécu une cérémonie dont on ne peut imaginer toute l’émotion qui l’entoure. J’ai assisté à la parade, au souper, au changement de garde, à une foule d’activités dans un décorum incroyable. C’était grandiose et tellement bien fait. Je suis passé par toute la gamme possible d’émotions. C’est très émouvant et on sait que l’on vit un de ces grands moments dans la vie et que c’est aussi un immense privilège. Juste le fait qu’on m’ait choisi, ça me dépasse, mais j’en suis plus que fier ».

Rencontre de Yellowknife

Quelques mois plus tôt, il s’était rendu à Yellowknife rejoindre les autres colonels honoraires d’un océan à l’autre, lors de la rencontre annuelle.

« Nous étions environ 45 de partout au pays dont Luc Boivin de la Fromagerie Boivin, qui lui est déjà membre depuis un certain temps. Là aussi nous avons vécu quelque chose de très spécial », raconte encore Laval Boulianne.

Une nomination au titre de colonel honoraire l’est pour la vie. Pour demeurer actif dans son engagement, il y a un renouvellement aux trois ans.

« Mon travail est déjà commencé et je prends mon rôle très au sérieux. Je vais participer à une foule d’activités, d’événements et d’engagements auprès de la communauté militaire et civile et faire mon devoir au meilleur de ma connaissance.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des