Le « black out » se déroule sans embûches

Le « black out » se déroule sans embûches

URGENCE. La lampe de poche portative ou frontale faisait partie de l’équipement de base du personnel du CSSS de Lac-St-Jean, dans la nuit de lundi à mardi. Une opération planifiée a permis de délester la charge principale électrique de tout le bâtiment afin de permettre le déplacement des fils haute tensions qui alimentent l’ensemble de l’hôpital.

L’interruption électrique s’est déroulée sans embûches. Effectivement, après une interruption qui aura durée 8 heures, c’est aux alentours de 5 heures que le réseau électrique a été complètement rétabli ce qui a permis la remise en marche de l’ensemble des équipements et appareils. Les services maintenus durant la nuit auront permis de répondre adéquatement aux besoins des usagers.

L’opération s’est amorcée quelques minutes en retard, dépassé 20 h. Cependant, à 21 h 04, Guy Mérette, maître électricien et technicien en électronique au CSSS de Lac-St-Jean-Est, a poussé le sectionneur principal, coupant ainsi l’alimentation de 600 volts et 1200 ampères qui permet d’alimenter l’ensemble des équipements, appareillages et éclairage du bâtiment.

Il y a deux ans, on avait prévu à brève échéance la réalisation des travaux majeurs de réfection de l’urgence et des cliniques externes. À cet effet, on avait mis en place une entrée électrique secondaire d’une capacité de 600 ampères. Cette source a donc été utilisée partiellement pour maintenir des services essentiels comme l’urgence, les soins intensifs et le premier étage où les cas plus lourds avaient été regroupés.

La cellule de coordination composée d’une dizaine de personnes était également localisée à cet étage pour suivre à la seconde le déroulement de tout le processus.

Doubler la puissance

« Ça, c’est notre entrée électrique principale de 1200 ampères. Là, on va enlever le conduit souterrain qui passe le long du bâtiment et on va le relocaliser ailleurs. Quand on va avoir finalisé le nouveau bâtiment de l’urgence, il va y avoir une nouvelle entrée électrique de 4000 ampères qui va venir prendre la relève. Il va y avoir deux transformateurs à l’extérieur et une nouvelle sous-station-électrique. On va donc passer de 1200 à 4000 ampères, Avec ce que l’on a, on répondait à la demande, mais avec le projet d’agrandissement, ce n’était pas suffisant. Avec les nouveaux équipements, on va donc répondre à 100 % de la demande et avoir un jeu pour le développement futur », résume Éric Pedneault, chargé de projet et grand manitou de l’opération qui s’est déroulée lundi soir.

Cette interruption électrique était nécessaire à la poursuite du chantier alors que les câbles haute tension empêchaient la construction de la nouvelle urgence.

Partager cet article