Le Collège d'Alma se dote de la « note » parfait !

Le Collège d'Alma se dote de la « note » parfait !

ENSEIGNEMENT. Avec son nouveau programme de technologies sonores, c’est le cas de le dire, le Collège d’Alma se dote d’une « note » parfaite avec des équipements uniques au Québec. L’institution est en mesure de former sa première cohorte de futurs techniciens qui oeuvreront autant en sonorisation, qu’en enregistrement, qu’en jeux vidéo ou en cinéma.

Ce jeudi, la direction du Collège accueillait ses partenaires afin de leur présenter les nouvelles installations haut de gamme qui comportent notamment une régie/salle de classe et un studio d’enregistrement comme on n’en retrouve peu au Québec.

En fait, seul le Collège de Drumondville offre le même type de formation, ce qui permet aux Collège d’Alma d’augmenter son attrait d’élèves venant de l’extérieur de la région.

Annoncé en 2014, c’était la première fois en 30 ans que le Collège d’Alma obtenait l’autorisation d’ajouter un nouveau programme DEC pour diversifier son offre de formation. Ce DEC en technologie sonores vient cependant remplacer la petite formation d’un an, donnant droit à une attestation de cours, que le collège offrait déjà dans ce domaine.

À l’été 2015, on a donc amorcé les travaux majeurs de rénovation du pavillon Curé-Lavoie. Le département d’Arts et technologies informatisées qui occupait le rez-de-chaussée a été relocalisé dans des locaux complètement rénovés au premier étage.

On disposait alors des espaces requis pour mettre en place un laboratoire audionumérique, un laboratoire technique et acoustique, une régie/salle de classe (une première au Québec), un immense studio d’enregistrement permettant d’accueillir artistes et équipements de même qu’un magasin central où les élèves empruntent le matériel à la fine pointe de la technologie, en fonction de leurs besoins.

Financement

« La cure de rajeunissement du pavillon, on parle d’un investissement total de plus de 2,5 millions $ dont une allocation spéciale de 1,3 M $ de la part du ministère de l’Éducation, soit 863 000 $ pour la construction et 471 000 $ pour les équipements », a tenu à rappeler Normand Poniewiera, directeur général par intérim du collège.

La Fondation Champagnat a injecté 150 000 $ dans le projet et le collège a fourni la balance à même son budget d’immobilisation.

La première cohorte de 21 élèves a débuté en septembre son apprentissage de trois ans. Les locaux ont cependant une capacité d’accueillir entre 25 et 30 élèves, soit quelque 75 étudiants dans les trois années quand le programme sera pleinement opérationnel.

« Le collège, dans sa volonté de demeurer un leader dans le domaine artistique et dans son créneau, on a le programme de technologies sonores, on a Arts et technologies informatisées, on a le programme de musique et également le programme d’Art et lettres. Le collège se positionne donc très bien comme un leader artistique dans la région et au Québec », de conclure Normand Poniewiera.—F.P.

Partager cet article