Le policier Giovanni Grenon à l’origine d’une tradition qui lui survivra

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Le policier Giovanni Grenon à l’origine d’une tradition qui lui survivra
Pour une dernière fois cette année, l’agent Giovanni Grenon sillonnait les couloirs de l’hôpital d’Alma afin d’y répandre la joie. (Photo : Trium Médias – Yohann Harvey Simard)

Guitare à la main, sourire aux lèvres et poche remplie d’oursons à l’épaule, les policiers de la Sûreté du Québec faisaient leur tournée annuelle de l’hôpital d’Alma afin de répandre la joie dans les couloirs du centre hospitalier.

Comme à leur habitude, les agents de la paix se sont d’abord dirigés vers le département de pédiatrie afin d’y visiter les enfants malades. Ils ont ensuite mis le cap en direction de l’unité de gériatrie pour aller à la rencontre des personnes âgées.

Avec leur immense mascotte et leurs chants de Noël accompagnés de la mélodie d’une guitare acoustique, il va sans dire que les policiers ont reçu un accueil des plus chaleureux. À eux seuls, les regards illuminés des enfants suffisaient pour en témoigner.

Giovanni Grenon à l’origine d’une tradition

Pour l’agent Giovanni Grenon, il s’agissait de la 20e année où il s’adonnait à la tournée de l’hôpital d’Alma. Une tradition dont il est d’ailleurs l’instigateur.

« La première fois que je l’ai faite, il y avait un petit enfant qui avait été impliqué dans un accident mortel avec ses parents. C’était le seul survivant… C’est moi qui avais couvert l’accident et ça m’avait traumatisé de voir ça, alors un peu avant le temps des Fêtes, je suis allé le voir à l’hôpital. Il avait les yeux tuméfiés… Il était en piètre état. Il ne savait même pas que ses parents étaient morts. Il avait à peine deux ans. Je me rappelle encore de lui : un petit blond avec les yeux bleus et les cheveux frisés. Il me faisait penser au petit Jésus », se remémore-t-il, la voix tremblante d’émotions même 20 ans plus tard.

Après sa visite, Giovanni Grenon affirme qu’il s’est « viré sur un 10 cents » pour acheter, de sa poche, un lot de petits oursons qu’il distribuera avec deux de ses collègues. L’une des peluches était destinée au petit garçon orphelin.

« Quand on lui a donné l’ourson, le regard de ce petit garçon-là, il était stoïque un peu, mais quand il a pris l’ourson, il l’a collé fort contre lui, sans dire un mot. Ça voulait tout dire… Ça a été ma motivation durant les 20 dernières années. »

Il ajoute qu’il y a quelque chose de « gratifiant » à mettre un peu de joie dans un lieu autrement beaucoup plus maussade.

« C’est plaisant de voir les enfants heureux. Même le personnel est content qu’on mette de la vie sur l’étage. Et pour les parents, ça fait changement de la morosité. »

Relève

Comme toute bonne chose a une fin, Giovanni Grenon s’apprête à prendre sa retraite, faisant de la tournée de cette année sa dernière. Et jusqu’à tout récemment, le policier croyait ne pas avoir de relève.

Or, le jour même de son ultime visite à l’hôpital d’Alma, le policier a appris que l’un de ses compères, le sergent Dany Lessard, se proposait pour reprendre les rênes de la tournée.

« L’idée est tellement bonne et géniale qu’il fallait absolument qu’elle se poursuive », fait valoir Dany Lessard.

 

Giovanni Grenon a appris que son collègue, l’agent Dany Lessard, allait prendre la relève de la tournée de l’hôpital d’Alma, ce qu’il qualifie de « très beau cadeau de Noël ».
Partager cet article