« Le statut quo n'est plus une option » — Marc Asselin

« Le statut quo n'est plus une option » — Marc Asselin
Le maire Marc Asselin a bon espoir de s'entendre avec le syndicat des employés pour solutionner le déficit récurent du régime de retraite.

PENSIONS. Le maire de Ville d’Alma, Marc Asselin affirme haut et fort que « le statut quo n’est plus une option » en ce qui concerne l’état du Régime complémentaire de retraite des employés de Ville d’Alma. Incluant la réserve maintenant obligatoire, le déficit du régime est de 10 227 000 $ et la Ville amorcera sous peu les négociations avec son syndicat des employés pour trouver des solutions aux remboursements de ce déficit.

Ce lundi, afin de se conformer à la Loi #3 favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestation déterminées du secteur municipal, le maire Asselin a fait le point sur l’évaluation actuarielle complète qui permet de déterminer la situation financière du régime.

« C’est la situation que nous avons concernant le fond de pension de ville d’Alma. L’ensemble des contribuables à travers le Québec a sensiblement cette même problématique, c’est-à-dire des fonds de pension qui sont déficitaires. La Loi permet d’assurer une pérennité de ces fonds de pension et pour Ville d’Alma, c’est un objectif qui est louable, et dans les faits, le statut quo n’est plus une option. Il va falloir, avec nos employés, trouver des solutions concernant cette nouvelle entente. Il faut surtout que ce soit fait sur une base négociée et sur une base acceptable », soutient Marc Asselin.

Pour ce qui est du futur de ces négociations à intervenir en 2015, le maire Asselin a bon espoir que tout se déroulera bien

« Il va falloir, d’ici 2016, avoir trouvé une solution pour permettre à ce que notre fonds de pension pour les employés de Ville d’Alma, ceux passés, ceux présents et ceux à venir, que la pérennité à long terme soit assuré. Je pense que l’on va trouver une solution négociée acceptable pour tous. »

Le maire avoue également que si on compare la situation à Ville d’Alma par rapport aux autres villes ailleurs au Québec, Alma s’en tire relativement bien.

Déficit

Il s’agit d’un dossier extrêmement complexe pour le commun des mortels.

Cependant, les principaux chiffres font état, au 31 décembre 2013, d’un actif de 51 866 500 $ contre un passif de 59 874 200 $.

Le régime montre donc un manque d’actif (déficit) de 8 007 700 $.

Le déficit imputable aux retraités est de 4 571 500 $ (57 %) qui est entièrement couvert à 100 % par Ville d’Alma et le déficit imputable aux participants actifs est de 3 436 200 $ (43 % ).

Conformément à la législation, le financement du régime est établi selon la situation financière qui ne tient pas compte de la réserve. En appliquant les règles de la réserve, le régime montre alors un déficit de 10 227 000 $.

Donc, en plus de la cotisation d’exercice, Ville d’Alma doit donc verser une cotisation annuelle supplémentaire de 1 010 900 $ pendant 15 ans afin de combler le déficit du régime. Cependant, la moitié de la cotisation d’équilibre est acquittée par la réserve de sorte que la cotisation qui est requise de la ville d’Alma est de 505 450 $ pendant 15 ans.

La négociation avec la partie syndicale portera donc sur le partage des sommes à verser pour éponger le déficit.

« J’ai parlé à quelques occasions avec le président du syndicat sur le sujet et je pense que c’est le gros bon sens qui va régner dans les discussions et la loi nous oblige à le faire. Il n’y a jamais de bonne solution pour régler un problème mais là, il faut le corriger et ça, c’en est un majeur », de conclure avec optimisme Marc Asselin.

Partager cet article