Le suicide n’est pas une solution: « T’es important pour nous ! »

Alors que le taux de suicide continue de poursuivre sa baisse au Québec et particulièrement dans la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean, le Centre de prévention du suicide 02 multiplie les efforts pour contrer ce phénomène social. Dans le cadre de la Semaine nationale du suicide qui se déroule du 3 au 9 février, le CPS 02 a planifié une série d’activité où l’on insistera sur la grande thématique que le suicide n’est pas une solution. À ce slogan, une nouvelle dimension solidaire et personnelle s’ajoute, « T’es important pour nous ! »

De passage à nos bureaux cette semaine, Mathieu Brisson, intervenant secteur communautaire au Centre de prévention du suicide 02 et Marilyn Néron, coordonnatrice service d’intervention téléphonique, ont rappelé que la Semaine de prévention du suicide est avant tout un événement de sensibilisation et de mobilisation pour faire connaître les ressources d’aide et stimuler la mise en mouvement des citoyens et des organisations en faveur de la cause.

Au cours des 10 dernières années, le taux de mortalité par suicide a diminué de 4 % en moyenne par année au Québec. Pourtant, près de trois personnes s’enlèvent la vie chaque jour et huit autres sont hospitalisés pour avoir tenté de le faire.

« Les plus récentes données statistiques stipulent que 40 personnes de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean sont décédées par suicide en 2011. Ces chiffres révèlent une tendance à la baisse qui nous motive à redoubler d’efforts individuellement et collectivement pour démontrer que le suicide n’est pas une option et que nous allons tout faire pour l’enrayer », précise Mathieu Brisson.

Et de poursuivre : «Partout au Québec, pour une troisième année consécutive, nous poursuivons nos efforts dans l’optique d’un changement de culture. Le suicide n’est pas un geste exclusivement individuel mais un acte qui s’inscrit dans un contexte culturel qui tolère cette façon de mettre fin à la souffrance. Affirmer que le suicide n’est pas une option signifie que, collectivement, nous nous élevons contre ce fléau et nous souhaitons tout faire pour l’enrayer. »

En 2013, on ajoute au message une dimension solidaire et personnelle, « T’es important pour nous ! ». Elle symbolise le filet humain à construire autour des personnes vulnérables et de leurs proches

« Afin de bâtir ensemble une société sans suicide, il importe que chacun d’entre nous puisse témoigner à ses proches combien ils sont importants. Aussi, comme collectivité. Il est impératif de se positionner en faveur de l’autre, d’être attentif au sort de notre voisin, de notre collègue, de notre parent », ajoute Mathieu Brisson.

Deux activités majeures

Cette année, le Centre de prévention du suicide concentre en deux activités ses actions dans le cadre de la Semaine nationale de prévention du suicide.

Tout d’abord, ce dimanche, on organise un brunch pour les personnes endeuillées par le suicide. Cette activité se déroulera ce dimanche 3 février, de 10 h à 13 h, à la salle William-Price de l’Hôtel Delta à Saguenay, arrondissement Jonquière.

Cette 2e édition de ce brunch se tiendra sous le thème de la Semaine nationale et proposera des témoignages de personnes en deuil à la suite d’un suicide, de brefs extraits vidéo ainsi que des périodes d’échange.

On doit réserver auprès d’Andrée Verreault, coordonnatrice clinique, au (418) 545-9110, poste 227.

Pour le secteur Lac-St-Jean-Est, ce mardi 5 février, une conférence grand public sera offerte au Complexe Jacques-Gagnon, de 19 h à 21 h.

« La magie de l’écoute pour prévenir la détresse et le suicide », tel est le thème qui sera abordé par le conférencier de renom, le Juge Michael Sheehan qui a eu la douleur de perdre un fils qui s’est suicidé.

Homme de droit et de conviction. Il livre un témoignage percutant qui nous atteint droit au cœur… un moment dont on se souvient toute sa vie.

Le coût d’entrée est de 5 $ et les billets sont en vente sur place.

Québec: taux de suicide en baisse

Un élément positif se dégage en regard de cette Semaine de prévention du suicide.

En effet, le taux de suicide au Québec a poursuivi sa descente en 2010, selon les nouveaux chiffres de l’Institut national de santé publique du Québec.

Depuis le sommet atteint en 1999, le taux n’a pas cessé de diminuer.

En 2010, 1089 décès par suicide ont été enregistrés au Québec, dont 829 Québécois et 258 Québécoises.

Le Québec n’affiche d’ailleurs plus le taux le plus élevé parmi les provinces canadiennes, occupant, en 2010, le 4e rang derrière la Saskatchewan, le Manitoba et la Nouvelle-Écosse.

Au niveau international, le taux de suicide des Québécois et des Québécoises se situait au 9e rang parmi 22 États membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Ce sont encore une fois les hommes qui s’enlèvent le plus la vie. Le risque de suicide était 3,3 fois plus élevé chez les hommes comparativement aux femmes.

Pour la période de 2008 à 2010, le taux le plus élevé se retrouvait chez les 35-49 ans et le plus bas chez les adolescents (15-19 ans). Chez les femmes, le taux le plus élevé s’observait chez les 50-64 ans et le plus bas chez les adolescentes.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article