L’entreprise Fenêtres Réjean Tremblay Inc déclare faillite

L’entreprise Fenêtres Réjean Tremblay Inc déclare faillite
(Photo : TRIUM MÉDIAS - France Paradis)

L’une des plus anciennes entreprises dans le domaine des fenêtres et portes, Fenêtres Réjean Tremblay Inc de Métabetchouan, est dans l’obligation de déclarer faillite. La première assemblée des créanciers se déroulera le 17 décembre prochain, à 11 h, dans ls bureaux du Syndic au dossier, Tremblay & Cie Ltée.
Ce mardi 27 novembre, la direction de l’entreprise Fenêtres Réjean Tremblay Inc a en effet déposé une session et Tremblay & Compagnie Syndics et gestionnaires Ltée a été nommé syndic de l’actif du failli par le Séquestre officiel.
Selon les documents déposés auprès du syndic, le total du passif est de l’ordre de 4 640 465,34 $ alors que le total de l’actif est de 548 754 $, laissant ainsi un déficit de 4 091 711,34 $.
Dans la liste des créanciers non garantis, on retrouve quelque 159 entreprises et le total de leurs réclamations est de l’ordre de 3 006 994,68 $.
Les créanciers garantis cumulent pour leur part un montant de 499 615,96 $.
Pour avoir droit de voter lors de l’assemblée, chaque créancier doit déposer une preuve de réclamation et au besoin, une procuration.
Depuis 1970
Fondée au début des années 1970 par Charles-Arthur Tremblay, l’entreprise « Ateliers C.A. Tremblay » était un atelier de menuiserie générale où l’on fabriquait divers produits tels des meubles, des armoires de cuisine, des escaliers, des miroirs ainsi que des portes et fenêtres en bois.
Réjean Tremblay en fait l’acquisition de son père (Charles-Arthur Tremblay) en 1975.
En 1983, l’atelier, d’une superficie de 2000 pieds carrés à cette époque, ne se spécialise maintenant que dans la fabrication et l’installation de portes et fenêtres. L’entreprise change alors de nom et devient : « Les Fenêtres Réjean Tremblay ». « Les Fenêtres Réjean Tremblay » à été enregistré en 1983 et constitué en 1987.
En 1986 un incendie détruit complètement l’atelier existant qui sera rebâti et agrandi du double de sa superficie initiale. L’agrandissement de 2000 pieds carrés est réservé à la fabrication de fenêtres à battant qui, jusqu’à ce jour, n’étaient pas produites sur place. C’est en 1987 que se fera l’achat de machinerie spécialisée pour la production de portes d’acier et agrandissement de la surface de travail et d’entreposage.
C’est en 1989 que se fera la construction de nouveaux bureaux et salle de montre de 600 pieds carrés, agrandissement des surfaces de travail et d’entreposage de 1500 pieds carrés, ainsi que l’installation d’un système informatique pour la production et la bureautique.
Durant les deux années suivantes aura lieu l’agrandissement de la surface de travail et d’entreposage de 2650 pieds carrés. L’entreprise possède alors près de 10 000 pieds carrés de surface et deux camions.
Les bureaux et l’usine seront relocalisés en 1994 au 1960, route 169 à Métabetchouan et en 1999 aura lieu l’ouverture d’une seconde place d’affaires à Chicoutimi.
En 2000, avec maintenant plus de 25 employés, l’entreprise prend un virage significatif au niveau corporatif. Normand Boivin se joint à l’entreprise. Réjean Tremblay qui était, jusqu’à ce jour unique actionnaire, s’associe avec Monsieur Boivin qui, de par son expertise en gestion, saura rapidement faire profiter l’entreprise d’une approche administrative très dynamique.
C’est en 2005 que Alain Racine, directeur des opérations ainsi que Christian Bolduc, contremaître d’usine, se joignent à l’entreprise. Cette relève comptant chacun plus de 15 ans d’expérience auprès de l’entreprise assure ainsi sa continuité.
En 2007, inauguration d’une troisième succursale située à Alma et agrandissement de la surface d’entreposage de 2 400 pieds carrés.
En 2012, la succursale d’Alma déménage de local. Dorénavant située au 740, avenue du pont Sud, avec une décoration refaite d’un style très moderne, les clients peuvent admirer plus de démonstrateurs.
En 2015, des investisseurs régionaux achètent l’entreprise de Alain Racine et Stéphane Simard est nommé comme président-directeur général.

Partager cet article