Les casseroles résonnent à Alma depuis vendredi

Depuis vendredi soir dernier, une centaine de manifestants se donnent rendez-vous tous les soirs devant l’église St-Joseph, au centre-ville d’Alma. Cet endroit est devenu le point de départ des manifestations citoyennes contre le projet de Loi 78 qui limite le droit de manifester. Naturellement, les manifestants sont présents avec casseroles, marmites et cuillères de bois et le bruit assourdissant fait partie de ces démonstrations populaires.

Ce lundi, un peu moins d’une centaine de personnes étaient présentes. Le policier Guy Baril de la Sûreté du Québec s’est approché du groupe pour s’enquérir du responsable de cette manifestation et de l’itinéraire prévu.

Le groupe a voté à voix haute et porté son choix sur Marc Fournier, coordonnateur de la pastorale à la paroisse St-Joseph, comme représentant du groupe.

Ce dernier a alors négocié un itinéraire dans les rues d’Alma, soit Sacré-Cœur, Bégin, boulevard Auger, boulevard Champlain, Harvey et St-Joseph pour revenir au centre-ville.

« Je vous rappelle que c’est une manifestation citoyenne. On est ici pour faire une action citoyenne et on se comporte en citoyen. Il n’y a pas de masques, il n’y a pas de débordement excessif qui pourraient entrainer des interventions qui seraient regrettables pour chacun et chacune d’entre nous. On fait du bruit et la seule loi que l’on conteste, c’est la Loi 78. J’ai averti le policier que si je constatais qu’il y a des débordements, moi, je quitte le groupe car je n’ai pas envie d’être associé à autre chose que la contestation de la Loi 78 », a lancé Marc Fournier avec l’approbation « bruyante » de tous les manifestants autour de lui.

Sur ce, le groupe s’est élancé lentement, bien encadré par la Sûreté du Québec qui ouvraient simplement le cortège et bloquait préalablement les rues où devaient passer les manifestants pour bien assurer leur sécurité.

Ce mouvement populaire à Alma regroupait des jeunes et des adultes de tout âge, contre l’imposition de la Loi 78 par le gouvernement Charest.

Ce genre de manifestation s’étend au Québec comme une trainée de poudre.

Dans le cas d’Alma, une pareille marche se tiendra tous les soirs, tant qu’il n’y aura pas un déblocage significatif de la part du gouvernement face aux étudiants, les droits de scolarité et un recul sur l’application de cette Loi 78.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article