Les expositions agricoles: Une tradition bien ancrée au Québec

Les expositions agricoles: Une tradition bien ancrée au Québec

AGRICULTURE. Visiter une exposition agricole demeure l’une des plus grandes traditions québécoises. Année après année, les visiteurs affluent sur les sites d’exposition pour profiter, bien sûr, des manèges, mais également pour en apprendre davantage sur nos agriculteurs. Le Courrier s’est demandé pourquoi elles restent aussi populaires.

L’une des raisons principales de cet engouement constant réside dans le fait que le nombre d’agriculteurs diminue sans cesse et que les gens de la ville sont curieux d’en savoir plus sur ce métier.

Les visiteurs sont très attentifs et souhaitent en connaître davantage sur le monde de l’agriculture.

Du moins, c’est ce que s’entendent à dire Louis-Joseph Jean, directeur général de l’Expo agricole de Chicoutimi (95e édition), François Brouillard, directeur général de l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe (178e édition), la plus grosse au Québec et Pierre Lemieux, premier vice-président de l’Union des producteurs agricoles (UPA).

Un environnement simple et agréable

«Il s’agit d’un environnement assez simple et agréable. Il y a les animaux, les producteurs, les manèges. Les gens viennent et s’y sentent bien et très à l’aise», a mentionné M. Brouillard.

Ce dernier se souvient de ses visites à l’exposition agricole dès son plus jeune âge et il les qualifie d’émerveillement pur et simple, les lumières, les manèges, les animaux, tout y est pour éblouir un enfant… et même certains parents!

En outre, selon M. Brouillard, dans des activités comme la démonstration de traite, les gens y sont super attentifs et intéressés, les questions fusent de partout. «C’est l’amalgame de tous ces détails qui fait que les gens répondent année après année», termine-t-il.

L’occasion d’en apprendre sur l’agriculture

De son côté, M. Jean, de l’Expo agricole de Chicoutimi croit que les gens profitent de cette occasion pour faire une sortie en famille, avec les enfants, ou les petits-enfants et ainsi, leur faire découvrir un monde inconnu.

«Souvent, les enfants n’ont jamais vu les animaux de la ferme. Ils en ont seulement vu à la télévision ou en dessin animé, alors c’est l’occasion pour eux de venir visiter la petite ferme».

À l’évidence, les manèges restent toujours aussi populaires, mais les activités comme la démonstration de la traite et les concours de beauté attirent également de nombreux curieux.

«Les gens restent curieux parce que ce ne sont pas des activités que l’on peut faire tous les jours ou auxquelles on a accès facilement et c’est l’occasion idéale pour en apprendre plus sur tous les métiers entourant l’agriculture».

Rapprocher la ferme de la ville

Pour sa part, M. Lemieux, de l’UPA y voit une occasion parfaite pour les éleveurs de se comparer aux autres.

«Les activités de démonstration de traite ou jugement d’animaux restent une excellente façon de mesurer la maîtrise qu’ils ont de leur élevage et leur expertise, en se comparant aux autres producteurs».

Selon lui, l’exposition se veut également une occasion pour les citoyens de la ville de se rapprocher ainsi de la ferme.

L’achalandage reste assez constant et selon M. Lemieux, comme c’est le cas, par exemple, pour l’exposition de Chicoutimi qui en est à sa 95e édition, il est intéressant pour les visiteurs et les agriculteurs eux-mêmes, de pouvoir constater l’évolution de la machinerie agricole, des animaux et des technologies entourant leur élevage.

À lire également:

Je vais à l’exposition agricole parce que…

Partager cet article