Les frères Larouche tentent leur chance

Par Laurie Fortin
Les frères Larouche tentent leur chance
ALEXANDRE ET KEVIN Larouche posent près de leur embarcation.(Photo: Laurie Gobeil)

Parler de la famille Larouche c’est quasiment parler d’une famille de rameurs. Après s’être consacré au judo durant plusieurs années, ce n’est pas étonnant de voir pour la première fois les frères Keven et Alexandre Larouche faire les compétitions du CRCR.

Déjà l’an dernier, ils savaient qu’ils allaient être partant pour l’édition 2008. Juste avant le temps des Fêtes, Keven Larouche n’a pas perdu de temps en investissant dans une embarcation. «Quand on était petit on regardait les membres de notre famille participer et puis on se disait que un jour ça allait être notre tour. On est la relève. On continue la tradition», explique Alexandre Larouche. En effet, le choix de la chaloupe à rames est facile à comprendre quand on sait que David Larouche, Nicolas Larouche, Jean-François Larouche, Dany Larouche, Jacques Larouche et Steeve Larouche (pas celui qui compétitionne cette année), ont suivi ce chemin, mais il y a autre chose. Kevin Larouche soutient en fait que la réputation et la renommée de la compétition de chaloupe à rames y est pour quelque chose.

Il admet tout de même avoir été attiré par une autre embarcation. «J’aurais préféré faire de l’aviron. C’est plus ergonomique et ça donne moins mal dans le dos, mais c’est un défi qu’on voulait faire à deux et il n’y a pas de classe aviron en double», ajoute Kevin Larouche.

Les deux frères se sont toujours entraînés pour le judo. Après avoir quitté ce sport, ils ont ressenti le besoin de réaliser un autre défi. Évidemment, la chaloupe nécessite un entrainement spécial. «On a augmenté la course, on a fait attention à notre nourriture et à la boisson», dit Kevin Larouche en avouant avoir trouvé ce dernier objectif plus dur à réaliser. Il soutient que ces petites choses vont payer plus tard.

Pour l’instant, l’équipe ne s’est pas vraiment comment vont aller les compétitions. «On n’a pas d’objectif parce qu’on ne s’est pas comparé à personne. Ça va être plus clair après la première course», affirme-t-il. Une chose est certaine, les deux frères souhaitent être compétitifs. Pour ce faire, ils pourront se fier aux nombreux conseils reçus. «Des conseil,s c’est sur qu’on s’en fait donner et on en prend d’un peu tout le monde. La plupart concernent les ajustements à faire sur la chaloupe, notamment les distances entre les rameurs, les rames et les bancs. Je dirais qu’il y a plus de manipulation en chaloupe qu’en aviron», croit Kevin Larouche.

Les nouveaux rameurs n’ont essayé leur chaloupe qu’une seule fois, et ce, de la Dam-en-Terre jusqu’à à l’ouverture du lac. Le véritable essai aura lieu sur le lac, lors d’une prochaine fin de semaine, à partir du moment où les deux rameurs auront des disponibilités communes.

Partager cet article