Leur projet vise plus de 1500 écoles à travers le Québec

Leur projet vise plus de 1500 écoles à travers le Québec

Pierre Lavoie, lieutenant et directeur adjoint du poste de la MRC de Lac-St-Jean-Est et la policière Mélanie Duchesne, ont de quoi être fiers. Leur projet local de mise en place du Plan de Réponse aux Établissements Sécuritaires (PRÉS) pour contrer une éventuelle invasion d’une école par une personne armée ou une personne en crise deviendra à court terme l’outil de référence pour la formation des directions d’écoles, des enseignants et des étudiants de plus de 1500 écoles primaires et secondaires au Québec.

Mercredi dernier à Montréal, le projet a été accueilli chaleureusement par la Grande fonction de surveillance du territoire de la Sûreté du Québec, un comité composé des commandants de tous les postes de la SQ à travers la province, du directeur général adjoint de la SQ et de hauts gradés de différents secteurs.

Ils ont donné leur aval au projet pour qu’il soit distribué dans l’ensemble des commissions scolaires couvertes par la SQ, ce qui représente plus de 1500 écoles. Également, le dossier sera soumis à l’Association des chefs de police du Québec et tous les services de police municipaux du Québec seront également invités à utiliser cet outil unique de formation, dont Ville Saguenay, Québec et Montréal.

Du papier à la vidéo

« C’est spécial de voir qu’un simple projet local prendra une telle ampleur », soulignait le lieutenant Pierre Lavoie lundi, lors d’un entretien à son bureau en compagnie de la policière Mélanie Duchesne.

Ce sont les événements du Collège Dawson en 2008 qui ont débouché sur une série de recommandations incitant les commissions scolaires à se doter d’un plan d’intervention en cas d’invasion d’une école par un individu violent.

« Dès 2009, on s’est impliqué dans le dossier et l’agente Mélanie Duchesne a été assignée au projet et a débuté la première étape, soit la collection d’informations afin de confectionner les cahiers d’opération pour chacune des 34 écoles dans notre MRC. Ces cahiers contiennent des plans, des photos et la liste à jour des personnes ressources et leurs coordonnés précises (courriel, téléphone, cellulaire, etc.). Chaque cahier est en version papier, mais également en version électronique que l’on peut par exemple transmettre aux unités de support spécial qui peuvent analyser la situation pendant leur déplacement vers un site d’intervention », résume Pierre Lavoie.

La Commission scolaire du Lac-St-Jean a vite reconnu les enjeux d’un tel plan et a immédiatement apporté sa contribution en réalisant notamment des modifications dans ses écoles dont la mise en place de portes barrées pour accéder à l’école, des salles de classe que l’on peut barrer de l’intérieur, des portes de classes solides avec une petite fenêtre réduisant la vision à l’intérieur, la réparation ou la mise en place d’un système de communication efficace (télécom ou MultiVox), etc.

« En 2e étape, la pratique avec les directions d’école et les professeurs était relativement facile, mais avec les élèves, ça devenait plus complexe. C’est à ce moment que l’agente Mélanie Duchesnes a proposé la confection d’une vidéo interactive facile à utiliser par les enseignants afin d’inculquer aux élèves les notions de base sur la façon de réagir et d’agir dans une pareille situation », ajoute le lieutenant Lavoie.

L’idée a fait boule de neige au point ou une équipe composée de neuf personnes spécialisées dans différents domaines ont travaillé pour concevoir et valider quelque 110 scènes possibles.

Profitant d’une semaine de relâche cet automne, on a recruté 21 jeunes et 13 adultes, tous des policiers et leurs enfants qui ont accepté de devenir les comédiens pour le tournage de ces 110 scènes pour la confection de deux vidéos, une pour le primaire et l’autre pour le secondaire.

Le tout est supporté par un guide à l’intention des enseignants qui peuvent inter réagir avec les élèves lors de la présentation de la vidéo.

« Les vidéos ne créent pas de panique, elles ne contiennent pas de violence et ne dévoilent pas les tactiques d’opération des policiers », ajoute Pierre Lavoie pour signifier à quel point cet outil atteint pleinement son but: donner aux élèves la bonne façon de réagir si jamais un événement du genre se produit dans leur école.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article