Lieu d'enfouissement d'Hébertville-Station: la construction de la route d'accès débute

Lieu d'enfouissement d'Hébertville-Station: la construction de la route d'accès débute

Dans quelques jours, la construction de la route d’accès de trois kilomètres va s’amorcer pour relier la route 170, via le rang 9 à St-Bruno, au lieu d’enfouissement technique d’Hébertville-Station.

Ainsi s’amorce un long processus devant nous mener au 1er septembre prochain alors que l’on prévoit enfouir la première tonne de déchets dans le nouveau LET d’Hébertville-Station.

Le tout a officiellement débuté en décembre dernier alors que la RMR recevait le décret qui donnait l’aval au projet de lieu d’enfouissement technique (LET) à Hébertville-Station.

Le 23 décembre, on lançait les appels d’offre pour la construction d’un chemin d’accès. Une dizaine d’entreprises de partout au Québec ont répondu à l’appel d’offre.

Suite à l’ouverture des soumissions et à l’analyse de ces dernières, le conseil d’administration de la RMR a octroyé le contrat au plus bas soumissionnaire, soit l’entreprise régionale Groupe Alfred Boivin.

« Ce contrat respecte le budget que nous avions planifié au départ », souligne avec satisfaction Lucien Boily, président de la RMR.

D’une valeur de 3,4 millions $, ce premier contrat permettra l’élargissement et le prolongement du 9e rang sud à Saint-Bruno.

Les travaux de construction de cette première phase devraient débuter d’ici la fin février et se terminer début mai.

La phase deux, tant qu’à elle, pour la construction des cellules et des bassins de traitement, devrait débuter dès la fin de la première phase. L’appel d’offres pour la deuxième phase devrait être lancé début mars.

Chemin d’accès

Les travaux de construction du chemin consisteront à la réfection du 9e Rang Sud, au déboisement des superficies nécessaires à la mise en place des matériaux de fondation ainsi qu’à des travaux de dynamitage afin de prolonger le rang en question.

L’aménagement du chemin d’accès nécessite un déboisement de près de 8 hectares (environ 20 acres). L’ensemble du tracé sera dégagé graduellement par l’enlèvement des souches et de la terre végétale à l’aide de machinerie lourde.

Dynamitage

Une fois le nettoyage de la pierre réalisé à la suite de l’essouchement, on procédera au dynamitage de la pierre là où c’est nécessaire. Les travaux seront réalisés de jour comme de nuit, du lundi au vendredi. Le dynamitage tant qu’à lui aura lieu à l’intérieur de périodes déterminées et dans le respect des normes afin de ne pas déranger la quiétude des citoyens.

Le dynamitage est régi par des normes extrêmement sévères. Un sismographe sera installé en permanence sur le chantier afin de surveiller les vibrations générées par le sautage. L’analyse journalière des résultats permettra de corriger la situation rapidement si les vibrations générées excédent le niveau permis des impacts.

Lorsque ce sera nécessaire, un deuxième sismographe sera installé.

De plus, malgré le fait que les travaux soient relativement éloignés des résidences, la RMR entend respecter des normes beaucoup plus élevées qui s’apparentent à celles édictées pour le dynamitage en milieu urbain.

Partager cet article