Marie-Hélène Doucet partira le 20 août

Par Nancy Desgagne
Marie-Hélène Doucet partira le 20 août

Marie-Hélène Doucet prendra l'avion pour le Burkina Faso le 20 août prochain pour effectuer un stage professionnel de près de six mois.

La jeune technicienne en travail social, Marie-Hélène Doucet, prendra l’avion pour le Burkina Faso le 20 août prochain. L’Almatoise effectuera un stage professionnel de près de six mois dans le village de Pô.

En tant qu’intervenante sociale, son rôle sera de sensibiliser la population sur les problématiques de l’excision, du sida et de tout ce qui touche la santé de la femme. Elle travaillera en collaboration avec des partenaires locaux et sous la supervision du Centre de solidarité internationale du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

En tout, 14 stagiaires s’envoleront pour le Burkina Faso ou l’Équateur dans le cadre du Programme de stages internationaux pour les jeunes financé par l’Agence canadienne de développement international. Du 10 au 17 août, les stagiaires suivent une formation intensive offerte par le CSI afin de les aider à se préparer.

Un retour en Afrique

Marie-Hélène Doucet a déjà participé à un stage au Burkina Faso dans le cadre de ses études au Cégep de Jonquière. Elle est bien contente d’y retourner. « J’étais déjà allée à Manga pendant 10 semaines. J’ai entendu parler du programme de l’ACDI et j’ai eu le désir d’y retourner, car j’ai adoré mon expérience de coopération internationale », dit-elle.

Cette fois-ci, le contexte est différent puisqu’elle devra réaliser des objectifs précis. « C’est sûr que j’ai un peu peur de ne pas être à la hauteur, car j’ai un mandat précis et les problématiques sont délicates et très différentes d’ici », mentionne-t-elle.

À Pô, elle demeurera dans une famille, ce qui est plus facile pour l’intégration. Elle a hâte de retrouver ce peuple accueillant et chaleureux même si elle s’attend à vivre des confrontations de valeurs à l’occasion.

Un choix personnel

Ce voyage, elle le fait principalement pour elle, pour apprendre à mieux se connaître. « C’est un choix que j’ai fait pour moi. Ça nous permet d’apprendre sur nos limites et de nous dépasser. C’est aussi une belle expérience professionnelle », souligne Marie-Hélène Doucet.

Pour se rappeler son coin de pays et éviter l’ennui, elle apportera des photos de ses proches et de la musique québécoise dans ses valises.

Pour tous les détails de ces événements et pour d’autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Partager cet article